• Retrouvez-nous sur

    Facebook

  • Le Régional est votre bulletin d'informations locales

    Le Régional

    Animation: Claudia C.Cantin
    Réalisation: André Chapleau

    • Lundi: 8h00 et 19h30
    • Mardi: 12h00
    • Mercredi: 20h00
    • Vendredi: 12h00
    • Samedi: 8h00, 17h00 et 20h00
    • Dimanche: 8h00 et 18h00

     

  • Un magazine qui traite de la vie culturelle et communautaire de la Vallée-du-Richelieu.

    Dans la Vallée

    Animation: Évelyne Latreille
    Chronique: Marguerite Fradette
    Réalisation: Robert Laplante

    • Lundi: 17h30 et 20h00
    • Mercredi: 12h00, 17h30 et 20h30
    • Vendredi: 17h30
    • Samedi: 20h30
    • Dimanche: 18h30
  • Vallée des Arts vous fera découvrir des artistes en arts visuels.

    Vallée des Arts

    Animation: Gaëtane Voyer
    Réalisation: André Chapleau

    • Lundi: 12h00 et 20h30
    • Mardi: 17h30
    • Mercredi: 19h30
    • Jeudi: 17h30
    • Samedi: 9h00 et 17h30
    • Dimanche: 12h00
  • Zone Agricole vous fera visiter 15 agriculteurs de la Vallée-du-Richelieu.

    Zone agricole

    Animation : Michèle Poitras
    Réalisation: Robert Laplante

Pas d'éléments trouvés.
Pas d'éléments trouvés.

Cette semaine

Dans la Vallée semaine 21 septembre 2020

Dans la Vallée semaine 21 septembre 2020

Mireille Noël pour le Concours Littéraire RécicréationAndré Michel, peintre et sculpteurMonique Vermont, chanteuse et peintre Lundi : 17h30 et 20h00 Mercredi : 12h00, 17h30 et 20h30 Vendredi : 17h30 Samedi: 20h30 Dimanche: 18h30 Durée: 30 minutes En vidéo sur demande Animation: Evelyne LatreilleChronique culturelle: Marguerite FradetteRéalisation: Robert Laplante

Lire la suite

Vie municipale semaine du 21 septembre 2020

Vie municipale semaine du 21 septembre 2020

Séance ordinaire du conseil de la Ville de Mont-Saint-Hilaire - Ayant eu lieu, le mardi 8 septembre 2020

Lire la suite

Vallée des arts de la semaine du 21 septembre 2020

Vallée des arts de la semaine du 21 septembre 2020

Invitée: Chantal De Serres, artiste peintre Lundi: 12h00 et 20h30 Mardi: 17h30 Mercredi: 19h30 Jeudi: 17h30 Samedi : 9h00 et 17h30 Dimanche: 12h00 Durée: 30 minutes En vidéo sur demande Animation: Gaëtane VoyerRéalisation: André Chapleau

Lire la suite

Le Régional semaine 21 septembre 2020

Le Régional semaine 21 septembre 2020

Dans votre actualité cette semaine:Retour des loisirs à la ville de Saint-Basile-le-GrandOuverture du Café NelsonLancement de la saison 2020-2021 de la CCIVRUn premier Salon de l'emploi 100% virtuelLes manchettes avec Emma Jaquet Chronique culturelle avec Lisa BéginChronique voitures électriques avec Pierre Tadros Lundi: 8h00 et 19h30 Mardi: 12h00 Mercredi : 20h00 Vendredi: 12h00 Samedi: 8h00, 17h00 et 20h00 Dimanche: 8h00 et 18h00 Durée : 30 minutes Animation : Claudia C. CantinRéalisation : André Chapleau  

Lire la suite

Devenez membre

Nous vous invitons à adhérer à TVR9 dès maintenant. Le membership est fondamental pour notre organisation. En adhérant à la TVR9, vous manifestez le désir de conserver votre télévision locale.

Nos dernières émissions

Horaire de nos émissions

  • Lundi

    • 08h00: Le Régional
    • 12h00: Vallée des Arts
    • 17h30: Dans la Vallée
    • 19h30: Le Régional
    • 20h00: Dans la Vallée
    • 20h30: Vallée des Arts
    • 23h00: Vie municipale
  • Mardi

    • 12h00: Le Régional
    • 17h30: Vallée des Arts
  • Mercredi

     

    • 12h00: Dans la Vallée
    • 17h30: Dans la Vallée
    • 19h30: Vallée des Arts
    • 20h00: Le Régional
    • 20h30: Dans la Vallée
  • Jeudi

    • 17h30 Vallée des Arts
  • Vendredi

    • 12h00: Le Régional
    • 17h30: Dans la Vallée
  • Samedi

    • 08h00: Le Régional
    • 09h00: Vallée des Arts
    • 17h00 : Le Régional
    • 17h30 : Vallée des Arts
    • 20h00: Le Régional
    • 20h30: Dans la Vallée
  • Dimanche

     

    • 08h00: Le Régional
    • 12h00: Vallée des Arts
    • 16h00: Vie Municipale
    • 18h00: Le Régional
    • 18h30: Dans la Vallée

Nos derniers communiqués

Projet de loi n° 64 : une réforme qui ne doit pas être précipitée, estime la FCEI

Projet de loi n° 64 : une réforme qui ne doit pas être précipitée, estime la FCEI

Le 22 septembre dernier, alors que débutaient les consultations particulières sur le projet de loi n° 64, Loi modernisant des dispositions législatives en matière de protection des renseignements personnels, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) a salué le leadership du gouvernement du Québec, mais l’a également mis en garde contre l’impact des mesures prévues. « La technologie change nos vies au quotidien, mais elle est aussi de plus en plus présente dans la sphère privée. C’est donc tout à l’honneur du gouvernement du Québec de vouloir moderniser notre corpus législatif sur la protection des renseignements personnels afin de l’élever au niveau des normes internationales. La FCEI prendra part au débat sur le projet de loi n° 64 en ayant cela en tête, mais en gardant aussi à l’esprit la réalité des PME pour lesquelles il sera plus complexe d’appliquer les mesures prévues, sans compter que les amendes allant jusqu’à 25 millions $ risqueraient de les mettre hors-jeu » a souligné François Vincent, vice-président Québec à la FCEI. La FCEI a fait part de 5 recommandations clés afin de s’assurer que le projet de loi visant à protéger les renseignements personnels est facile à mettre en place et qu’il ne compromet pas la relance économique : Arrimer les mesures prévues avec celles relatives à la protection des renseignements privés qui devraient être annoncées sous peu par Innovation, Sciences et Développement économique Canada.Exclure les entreprises de moins de 10 employés dans l’application des nouvelles obligations administratives prévues au projet de loi n° 64.Plutôt que de sanctionner, procéder par accompagnement en mettant en place des ressources financières et humaines à la disposition des PME.Prévoir une période de transition d’au moins 36 mois et ne pas imposer d’amendes avant au moins 48 mois.Introduire la notion de « meilleure pratique » en matière d’évaluation des facteurs relatifs à la vie privée pour les entreprises québécoises qui font affaire à l’extérieur du Québec.« Il faut prendre le temps de bien faire les choses et d’adapter ce projet de loi au contexte économique et juridique du Canada. Pour assurer le succès d’une réforme aussi importante, mieux vaut privilégier la stratégie des petits pas pour arriver au bon endroit, au bon moment », a conclu M. Vincent. Pour plus d’information, consultez le mémoire de la FCEI : Projet de loi n° 64 : une réforme importante qui ne doit pas être précipitée. À propos de la FCEILa FCEI (Fédération canadienne de l’entreprise indépendante) est le plus grand regroupement de PME au pays, comptant 110 000 membres dans tous les secteurs d’activité et toutes les régions. Elle vise à augmenter les chances de succès des PME en défendant leurs intérêts auprès des gouvernements, en leur fournissant des ressources personnalisées et en leur offrant des économies exclusives. Visitez fcei.ca pour en savoir plus.

Lire la suite

Campagne annuelle de promotion de la santé mentale « Ressentir c’est recevoir un message »

Campagne annuelle de promotion de la santé mentale « Ressentir c’est recevoir un message »

Un consensus international émerge sur l’importance de la santé mentale, une composante essentielle de la santé. Cette dernière est influencée par ce qui nous entoure, par les ressources que nous avons ou qui nous sont offertes et par les obstacles que nous rencontrons. En ce sens, la pandémie a été un obstacle important. Malgré les défis multiples qu’elle a comportés, cette période a été pour plusieurs une occasion de découvrir de nouvelles compétences, habiletés et ressources. De surcroît, des recherches démontrent que partager collectivement ces impacts positifs peut donner de l’espoir et favoriser l’émergence d’émotions agréables, une contribution à la résilience. Lors d’une récente conférence la Dre Janie Houle, psychologue communautaire et chercheure, exposait que le fait de ressentir les émotions—quelles qu’elles soient— sans jugement et de répondre aux besoins qui en ressortent, contribue à s’adapter aux événements difficiles. La résilience aide à se reconstruire, à développer de nouvelles solutions, à s’adapter et à retrouver un certain équilibre, ce qui permet le maintien de son intégrité. Savourer les bienfaits des émotions agréables Reconnaître, savourer et favoriser les émotions positives au quotidien peut aider à prendre du recul, à réduire le stress et à trouver des solutions. Nourrir l’amour, la fierté, la gratitude, l’espoir, l’émerveillement, la joie, l’intérêt, l’amusement ou la sérénité peut se faire individuellement, collectivement et socialement. Par exemple, nous pouvons nous émerveiller devant les premières recherches d’emploi de notre ado, la couleur des feuilles d’automne et la présentation de l’ingéniosité des enseignant.e.s dans le contexte de la pandémie lors du bulletin de nouvelles. Notre espoir peut être nourri en envoyant notre CV ou en apprenant que des milieux variés réunis par le ministère de l’Environnement se sont entendu sur des mesures concrètes pour atteindre les cibles de réduction des gaz à effet de serre (GES) au Québec. Nous pouvons être fiers des stratégies que nous avons mises en place pour travailler à la maison et l’être tout autant quand la gestionnaire reconnaît l’équipe pour sa créativité. Nous pouvons avoir de la gratitude pour la Popotte roulante qui vient livrer des repas à la maison et pour nos élu.e.s qui tentent de nous donner accès à une information juste, à des ressources et des possibilités d’implication citoyenne. Les médias et la résilience sociale Qui n’a pas entendu quelqu’un de son entourage dire : « Je n’écoute plus les bulletins de nouvelles car on y parle seulement de ce qui va mal »? Pourtant, les médias ont un rôle important à jouer en vue de soutenir la résilience sociale, et ce, en diffusant des nouvelles positives. À cet effet, l’Institut national de santé publique propose des stratégies de communication à favoriser en temps de COVID-19, telles que : mettre en valeur les succès obtenus par la communauté en réponse à la crise, ainsi que souligner les innovations, la créativité et la capacité d’adaptation de la population. Revoir la manière de diffuser l’information pourrait contribuer à donner de l’espoir et à soutenir un sentiment de cohérence dans la population. Ce dernier est d’ailleurs fortement lié à la santé psychologique en temps de pandémie. Ce sentiment survient lorsque nous avons l’impression de comprendre un événement, d’y donner un sens et de trouver des solutions pour y faire face. Le fait d’avoir des modèles positifs peut aider les gens à développer des stratégies pour affronter le changement et à donner du sens aux événements. À l’occasion de la Campagne annuelle de promotion de la santé mentale « Ressentir c’est recevoir un message », le Mouvement SMQ et ses groupes membres vous proposent de nombreux outils sur www.etrebiendanssatete.ca et vous offre une semaine intensive d'astuces pour refaire le plein d'énergie tout au long de la semaine du 28 septembre. Voir la programmation à la une sur www.mouvementsmq.ca . À propos du Mouvement Santé mentale Québec et de ses groupes membres Le Mouvement Santé mentale Québec et ses 13 organismes membres sont des leaders incontournables en matière de promotion et de prévention en santé mentale au Québec. Sa Campagne annuelle de promotion de la santé mentale est soutenue par le Ministère de la Santé et des Services sociaux, FIG, Défi Santé et le Groupe entreprises en santé. Pour en savoir davantage sur le Mouvement et ses membres, visitez mouvementsmq.ca et suivez-nous sur les médias sociaux : Facebook (@mouvementsmq), Instagram (@mouvement_santementaleqc), Twitter (@mouvementsmq), YouTube (@MouvementSantémentaleQuébec), le Blogue du Mouvement (mouvementsmq.ca/blogue), LinkedIn (@mouvement-sante-mentale-quebec). Mot-clics : #santémentale #ressentirMSMQ

Lire la suite

Matières organiques : la SÉMECS annonce le début de travaux pour augmenter sa capacité de traitement

Matières organiques : la SÉMECS annonce le début de travaux pour augmenter sa capacité de traitement

La Société d’Économie Mixte de l’Est de la Couronne Sud (SÉMECS) et ses partenaires franchissent un nouveau jalon afin d’agrandir et d’optimiser le centre de traitement des matières organiques par biométhanisation situé à Varennes. Cette mise à niveau des installations permettra d’augmenter considérablement la quantité de matières qui pourront y être traitées et valorisées. Grâce à un investissement de plus de 41 M$ de Longueuil et à un apport financier de 30 M$ dela SÉMECS, ce projet de 71 M$ (avant taxes) est l’aboutissement d’une entente officielle signéeen février 2019 avec l’agglomération de Longueuil pour le traitement des matières organiques deson territoire. Ainsi, à l’issue des travaux qui seront terminés en 2023, l’ensemble des résidencesde Boucherville, Brossard, Longueuil, Saint-Bruno-de-Montarville et Saint-Lambert serontdesservies. Avec plus de 430 000 citoyens, l’agglomération de Longueuil constitue un importantbassin de population.Les phases de construction seront réparties sur trois années. Les travaux permettront notammentl’ajout de trois nouveaux digesteurs et d’équipements pour le traitement de l’air, de l’eau, dubiogaz et du digestat, de même que l’agrandissement des bureaux administratifs et la mise enplace d’une nouvelle aire de réception avec une fosse.À terme, la capacité de traitement des matières organiques en sera donc plus que triplée, pourpasser de 35 000 à 120 000 tonnes par année. Plus de 650 000 personnes profiteront de ceservice en plus d’un large éventail d’institutions, commerces et industries. Le projet aura desretombées positives et importantes sur l’environnement, entre autres en permettant d’éviterl’émission d’une quantité considérable de gaz à effet de serre, soit l’équivalent de plus de5 500 voitures à essence par année.La concrétisation du projet n’aurait pu être possible sans l’apport essentiel de précieux partenaires. La SÉMECS remercie le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec qui financent le Programme de traitement des matières organiques par biométhanisation et compostage (PTMOBC), un important levier de financement pour la réalisation des travaux.Également, la SÉMECS tient à souligner le soutien indispensable de Desjardins, Ultragen, GPH, Monty & Associé ainsi que Biogaz EG.Citations« L’étroite collaboration entre les nombreux partenaires a été la clé du succès de la SÉMECSdepuis sa fondation en 2012. L’entreprise est maintenant un véritable modèle à l’échelle duQuébec quant au traitement et à la valorisation des matières organiques. Nous sommes fiersd’avoir développé une expertise qui a fait ses preuves et qui peut profiter à de nombreusescollectivités dont l’agglomération de Longueuil. Aujourd’hui, la mise en œuvre du chantier pouraugmenter la capacité de traitement constitue en quelque sorte une assise pour le futur. Nouspouvons dire haut et fort que pour ce projet, nous y avons mis toute notre énergie! », a déclaréMartin Damphousse, président de la SÉMECS.« C’est par la volonté commune des maires de l’agglomération de Longueuil, de la SÉMECS et desMRC partenaires qu’est née cette entente gagnant-gagnant. Plutôt que de partir de zéro, nousavons opté pour la solution la plus bénéfique pour Longueuil, soit d’utiliser et de bonifier deséquipements existants qui ont fait leurs preuves. À terme, ce sont plus de 41 M$ qui serontinvestis par Longueuil en partenariat avec le gouvernement du Québec. Cette entente sansprécédent d’une durée de 40 ans offre tous les avantages d’une entreprise publique, avec lesbénéfices d’une expertise privée, en plus de générer des économies importantes pour noscitoyens », a affirmé Sylvie Parent, mairesse de Longueuil.À propos de la SÉMECSSitué dans le parc industriel Novoparc de Varennes, le centre de traitement par biométhanisationde la Société d’Économie Mixte de l’Est de la Couronne Sud (SÉMECS) est issu d’un partenariatétabli entre les MRC de La Vallée-du-Richelieu, de Marguerite-D’Youville et de Rouville, et leconsortium privé Biogaz EG. L’entreprise est l’aboutissement d’une concertation entre les troisMRC partenaires et leurs 27 municipalités qui ont décidé d’unir leurs forces pour mettre en placele premier centre de biométhanisation dans le Grand Montréal où sont traitées les matièresorganiques résidentielles, commerciales et institutionnelles (ICI), ainsi que les boues de fossesseptiques. La SÉMECS assure la gestion du centre de traitement qui comprend, entre autres,l’optimisation et la modernisation des équipements, l’exploitation, l’entretien ainsi que les projetsde développement.

Lire la suite

Discours du Trône Les quatre priorités du Bloc Québécois

Discours du Trône   Les quatre priorités du Bloc Québécois

Le député de Beloeil-Chambly et chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet confirme et réitère les quatre priorités qui doivent faire partie du discours du Trône : la hausse des transferts en santé, l’augmentation durable de l’aide aux aînés, la protection des juridictions du Québec et les compensations aux producteurs sous gestion de l’offre. « En termes de qualifications et de juridictions, la santé est une compétence exclusive du Québec et des provinces. Québec sait où doit aller l’argent. Les Québécoises et les Québécois font d’ailleurs davantage confiance au gouvernement du Québec qu’au fédéral pour gérer la crise. C’est pourquoi nous réclamons, comme Québec et les provinces, un rattrapage immédiat de 28 milliards des transferts en santé, une indexation annuelle de 6 % et une participation fédérale de 35 % », maintient Yves-François Blanchet. Depuis le début de la pandémie, le gouvernement Trudeau impose ses mesures sans tenir compte des juridictions du Québec. « Ottawa doit respecter ses engagements et s’abstenir de nous dicter comment répartir les fonds », signale Yves-François Blanchet, chef du Bloc Québécois. Aide aux aînés et aux producteurs agricolesLes ainés sont parmi les grands laissés-pour-compte depuis le début de la pandémie. Le Bloc Québécois demande d’augmenter de façon permanente le soutien aux aînés de 110 $ par mois dès 65 ans. Les producteurs agricoles sont aussi des oubliés du gouvernement fédéral. « Les compensations promises pour avoir sacrifié la gestion de l’offre se font toujours attendre. Ottawa doit tenir parole et octroyer l’aide aux producteurs agricoles », affirme le député de Beloeil-Chambly. « Nos quatre priorités doivent être considérées par Ottawa dans le discours du Trône. Le premier ministre doit savoir que nous ne lui donnerons pas « de chèque en blanc » pour gérer la crise et risquer d’autres We Charity, des 84 M$ au conjoint de la cheffe de cabinet ou de partis qui pigent dans la subvention salariale », tient à rappeler Yves-François Blanchet, tout en ajoutant que ces engagements et un plan global de sortie de crise doivent se faire dans un esprit de transition écologique et de développement durable.

Lire la suite

APPEL DE PROJETS FONDS CULTURELS DE LA VILLE DE BELOEIL : 3 000 $ POUR DES PROJETS ARTISTIQUES

APPEL DE PROJETS FONDS CULTURELS DE LA VILLE DE BELOEIL : 3 000 $ POUR DES PROJETS ARTISTIQUES

Dans le cadre d’une entente de développement avec le ministère de la Culture et des Communications du Québec (MCCQ), la Ville de Beloeil dispose d’un fonds culturel de 3000 $ visant à soutenir les projets novateurs et porteurs des artistes et des organismes sur son territoire. Pour l’année 2021, l’aide financière versée sous forme de subvention correspondra à 50% des dépenses admissibles du projet et ne pourra excéder 3 000 $.Cet appel de dossiers s’adresse aux individus ou aux organismes résidant ou possédant leur lieu de création ou leur entreprise à Beloeil. Les projets doivent :• respecter au moins une des quatre orientations du plan d’action culturel 2017-2020 ;• être novateurs et rassembleurs ;• contribuer au rayonnement artistique de la ville de Beloeil ;• se dérouler sur le territoire beloeillois ;• se réaliser dans les 12 mois suivants l’acceptation de la demande financière ;• impliquer la participation d’au moins une partie prenante (citoyen, commerçant, organisme,école…) ;• ne pas dédoubler des ressources, ou des projets existants.La sélection des projets se fera par un comité composé d’un élu, du directeur du Service loisirs, culture et vie communautaire et de la coordonnatrice à la culture. Seuls les dossiers complets seront examinés par le comité. Les projets seront évalués en fonction de plusieurs critères, dont :• la portée du projet sur la communauté (retombées, nombre de personnes) ;• la pertinence du projet par rapport à l’offre culturelle actuelle (le projet répond à un besoin dumilieu, est complémentaire à l’offre actuelle, etc.) ;• le caractère innovant du projet ;• l’implication des nouvelles technologies.Les artistes intéressés doivent se rendre au loisirsculture.beloeil.ca, sous la section Artistes/Appelsd’artistes afin de consulter le document Cadre et modalités ainsi que télécharger et remplir le Formulairede dépôt de projet. Les documents doivent être envoyés par courriel à l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. avantle lundi 26 octobre 2020 à midi.

Lire la suite

Sessions d’information juridique en droit familial chez Inform’elle

Sessions d’information juridique en droit familial chez Inform’elle

Inform’elle offre une série de sessions d’information juridique en droit de la famille animées par des juristes pour permettre à tous d’en apprendre davantage sur leurs droits et obligations en matière familiale. Durant la pandémie les sessions seront offertes en visioconférence. Les prochaines sessions d’information sont : Testament et succession (Mardi 20 octobre 2020, 13 h 30 à 15 h 30), Rupture du couple : mariage et union de fait (Mercredi 21 octobre 2020, 19 h à 12 h) Mandat et régimes de protection (Jeudi 22 octobre, 19 h à 21 h). Pour information : www.informelle.osbl.ca. Inscriptions obligatoires : 450 443-3442, poste 221.

Lire la suite

SEMAINE DE LA SÉCURITÉ FERROVIAIRE Gare à ta sécurité Arrêter. Regarder. Écouter. Vivre.

SEMAINE DE LA SÉCURITÉ FERROVIAIRE Gare à ta sécurité Arrêter. Regarder. Écouter. Vivre.

Les membres du conseil municipal de la Ville de Saint-Basile-le-Grand ont résolu, à la séance ordinaire du 8 septembre dernier, d’appuyer les efforts soutenus déployés par le programme Opération Gareautrain dans le cadre de la Semaine nationale de sensibilisation à la sécurité ferroviaire qui se tient cette année du 21 au 27 septembre. Chaque année, le CN et le programme Opération Gareautrain lancent une campagne qui a pour objectif de sensibiliser la population au danger de ne pas tenir compte des signaux d’avertissement aux passages à niveau et de s’introduire sur les propriétés ferroviaires. Le but ultime étant de réduire le nombre de décès, de blessures et de dommages évitables résultant d’incidents mettant en cause des trains et des citoyens. Monsieur Yves Lessard, maire de Saint-Basile-le-Grand, souhaite rappeler l’importance d’agir et sensibiliser les citoyens afin de sauver des vies. « La voie ferrée fait partie du quotidien et du paysage grandbasilois. La Municipalité s’efforce de rendre plus sécuritaire son réseau routier aux abords des installations du CN. Dans cet ordre d’idées, au cours des prochaines semaines, la Ville réalisera des travaux sur le passage à niveau du boulevard du Millénaire. Ces travaux permettront, entre autres, d’ajouter une nouvelle traverse qui permettra de réduire les risques autant pour les piétons et les cyclistes que pour les automobilistes. Le réseau ferroviaire demeure un dossier prioritaire pour les citoyennes et citoyens de Saint-Basile-le-Grand et je poursuis les efforts auprès des deux paliers de gouvernement et du CN afin de faire valoir les besoins spécifiques de notre ville en matière de sécurité ferroviaire. » s’est-il exprimé. Rappelons que la Ville a mis sur pied un comité aviseur sur la circulation ferroviaire, dont les membres ont été mandatés afin de recommander au conseil municipal des actions et des initiatives en matière ferroviaire ainsi que d’effectuer une vigie sur ce qui concerne la sécurité ferroviaire, et ce, à tous les paliers gouvernementaux. À propos d’Opération Gareautrain Opération Gareautrain est une équipe nationale réunissant divers partenaires et collaborateurs du secteur ferroviaire, des gouvernements, de la sécurité publique, des médias et du public engagés afin d’éduquer les Canadiens et les Canadiennes à la sécurité ferroviaire. L’organisme offre sur son site Web de nombreux outils éducatifs téléchargeables à l’intention de divers publics.

Lire la suite

L’ITA prend le virage numérique et présente une offre de formation continue revisitée pour le secteur alimentaire

L’ITA prend le virage numérique et présente une offre de formation continue revisitée pour le secteur alimentaire

L’Institut de technologie agroalimentaire (ITA) est fier de dévoiler sa nouvelle offre de formation continue pour le secteur alimentaire. Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, les activités de perfectionnement qui sont au programme au cours de l’automne se dérouleront majoritairement selon une formule à distance afin d’assurer la sécurité de la clientèle. Les compétences exigées au sein des entreprises du secteur bioalimentaire et les besoins de main-d’œuvre qualifiée sont en augmentation. L’Institut propose une offre de formation qui est à la fois variée, adaptée à la réalité et en renouvellement constant. Les entreprises bioalimentaires peuvent également compter sur l’expertise d’un conseiller en formation continue de l’Institut pour évaluer les possibilités de créer une formation sur mesure adaptée à leurs besoins. Voici un aperçu des activités de formation offertes cet automne :Mettre en œuvre FSSC22000 dans votre entreprise Du 7 au 16 octobre et Du 11 au 20 novembrePrincipes généraux du système HACCP (RSAC) Date limite d’inscription : 8 novembreDate limite pour compléter la formation : 18 décembreMise en œuvre des programmes préalables au système HACCP (RSAC) Date limite d’inscription : 8 novembreDate limite pour compléter la formation : 18 décembreÉlaboration du plan HACCP (RSAC) Date limite d’inscription : 8 novembreDate limite pour compléter la formation : 18 décembrePrincipes généraux du procédé de pasteurisation Date limite d’inscription : 27 novembreDate limite pour compléter la formation : 18 décembreModalités d'essai des systèmes de pasteurisation Date limite d’inscription : 27 novembreDate limite pour compléter la formation : 18 décembreGeneral principles of the pasteurization process Date limite d’inscription : 27 novembreDate limite pour compléter la formation : 18 décembreSystem test procedures pasteurization Date limite d’inscription : 27 novembreDate limite pour compléter la formation : 18 décembreHygiène et salubrité alimentaires (manipulateurs d’aliments et gestionnaires d’établissement) Du 13 septembre au 20 décembre Fabrication artisanale de jus à base de fruits Du 19 octobre au 13 novembreNorme BRC (British Retail Consortium) Dates à venir Pour de plus amples renseignements sur les activités de formation qui auront lieu au cours de l’année 2020-2021 ou pour procéder à une inscription, visitez le site Internet www.ita.qc.ca/formationcontinue ou communiquez avec l’ITA, par courriel à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou par téléphone au 1 800 383-6272. Rappelons que l’ITA est un établissement d’enseignement collégial qui offre sept programmes de formation technique liés aux activités agricoles, horticoles, équines et alimentaires, ainsi qu’un service de formation continue dans ces secteurs d’activité. Pour plus d’information sur l’ITA, rendez-vous au www.ita.qc.ca.

Lire la suite

Plus de 75 000$ pour améliorer les infrastructures et les aires de jeux extérieurs des centres de la petite enfance de la région de la circonscription de Chambly

Plus de 75 000$ pour améliorer les infrastructures et les aires de jeux extérieurs des centres de la petite enfance de la région de la circonscription de Chambly

Une aide financière de 75 000 dollars a été accordée pour soutenir la mise en œuvre de trois projets dans le cadre de la Subvention pour les projets d’investissement en infrastructure (SPII) dans la circonscription de Chambly.Ainsi, dans les différentes régions du Québec, ce sont plus de 4 millions de dollars qui permettront laréalisation de 120 projets qui permettront à nous tout-petits de réaliser leur plein potentiel, en plus de nous assurer de leur sécurité. Il s’agit d’un soutien financier comportant deux volets ; un volet visantl’infrastructure du bâtiment et un volet visant les aires de jeux extérieurs, et qui permettent au CPE deréaliser des travaux d’infrastructures allant jusqu’à 50 000$.Voici la liste des projets retenus dans la circonscription de Chambly : Investissement pour des infrastructuresCPE Les Contes de Fée Inc – Saint-Basile-le-Grand 18 578,14 $CPE La Boîte à Soleil – Chambly 49 852,70 $Investissement pour des aires de jeuxCPE Les Contes de Fée Inc – Saint-Basile-le-Grand 6 592,42 $Citations :« L’annonce des projets retenus dans le cadre des deux volets de la Subvention pour les projetsd’investissement en infrastructure (SPII) est une excellente nouvelle pour les familles du comté deChambly. Je me réjouis de savoir que les CPE pourront bénéficier de ces sommes pour offrir aux enfants des infrastructures de qualité et sécuritaires qui favoriseront leur développement global. Leréaménagement des aires de jeux extérieurs permettra également aux tout-petits d’adopter un mode devie sain et physiquement actif. »Jean-François Roberge, député de Chambly« Je suis très fier d’accorder aux CPE le financement nécessaire afin qu’on puisse s’assurer que nosenfants se développent dans de nouvelles infrastructures de qualité. Comme ministre de la Famille, jetrouve primordial qu’ils aient accès à des services de garde sains et sécuritaires. Je tiens d’ailleurs àremercier tous les CPE qui entreprendront ces travaux prochainement, grâce à cette subvention. Il va sans dire que nous avons tous à cœur le développement de nos tout-petits et les projets que notregouvernement finance aujourd’hui sont directement liés au bien-être des enfants qui fréquentent cesservices de garde au quotidien. »Mathieu Lacombe, ministre de la FamilleFaits saillants :• Le volet régulier de la SPII permet aux CPE de réaliser des projets de rénovations urgentesou nécessaires ou encore des projets visant à améliorer la qualité, à augmenter la durée devie ou à accroître le potentiel de services des infrastructures. Par exemple, les travauxpeuvent inclure la réfection de la toiture, le remplacement des portes et fenêtres ou durevêtement extérieur et la réparation de la rampe d’accès pour personnes handicapées.• Le volet relatif à l’aménagement ou au réaménagement des aires de jeux extérieurs vise lefinancement de projets qui permettent aux enfants de profiter d’aires de jeux rénovées pourl’activité physique, la socialisation et l’apprentissage. Ces améliorations favorisent ledéveloppement global et l’apprentissage de saines habitudes de vie chez les tout-petits.Lien connexe :Pour consulter les projets retenus : SPII – Projets retenus pour 2020-2021.

Lire la suite

L’agroforesterie, une technique agricole alternative et écologique

L’agroforesterie,  une technique agricole alternative et écologique

L’agriculture à grande échelle est très efficace, mais elle comporte aussi de grands défauts environnementaux. Considérant qu’au Québec la forêt était la reine des lieux avant l’occupation de l’espace par l’être humain, l’introduction d’arbres aux systèmes agricoles classiques ne serait-elle pas une solution à plusieurs de ces défauts? La réponse est OUI! Cette combinaison existe déjà d’ailleurs. On l’appelle l’agroforesterie.Les haies brise-ventL’exemple le plus connu est les haies brise-vent, soit des haies d’arbres bordant les champs. Il y a aussi des variantes pour border les cours d’eau ou les bâtiments. Celles-ci s’implantent graduellement au Québec depuis environ 30 ans. Leur popularité découle des nombreux avantages écologiques aux effets économiques. Parmi les avantages, on note moins d’érosion au sol et une protection des cultures en hiver. Les arbres absorbent les surplus de fertilisants, ce qui limite la prolifération des algues dans les cours d’eau. Les haies forment des habitats pour les animaux, ce qui attire des insectes bénéfiques aux cultures et aide au contrôle naturel des parasites. De plus, la faune sauvage peut utiliser ces haies comme corridor de migration. Côté économique, on peut tirer un revenu des arbres par une récolte périodique de ces derniers. On peut utiliser des arbres à noix ou en association avec des champignons comestibles et faire le commerce de ceux-ci. Enfin, c’est très joli!Les systèmes intercalairesMoins connus, mais encore plus avantageux écologiquement, le système intercalaire comprend non seulement la haie en bordure de champs, mais aussi des haies à l’intérieur de la culture, il y a donc une alternance de rangées d’arbres et de zones de culture. Cette disposition amplifie les bénéfices du système agroforestier avec un minimum de perte de superficie. Par exemple, pour un espacement entre les rangées de 39 m (espacement ajusté à l’équipement du producteur), on estime à 3 % la perte de terre en culture. De plus, les études actuelles ne mesurent aucune baisse de rendement global dû à la présence des arbres.Combiner arbres et pâturageIntroduire des arbres dans les pâturages accroît le bien-être physique et mental de l’animal, encore plus dans les élevages de viande sauvage, tel le cerf qui vit naturellement en milieu forestier. Les arbres créent de l’ombre et protègent des vents, ce qui aide l’animal à maintenir une bonne température. Il peut donc consacrer plus d’énergie à sa croissance. En conclusion, l’agroforesterie est bonne pour l’écologie et notre économie. Utilisons-la!

Lire la suite

MARCHER POUR L’INCLUSION DE LA DIFFÉRENCE

MARCHER POUR L’INCLUSION DE LA DIFFÉRENCE

Du samedi 3 octobre au dimanche 4 octobre 2020, L’Arche Montérégie invite toute la population à participer à la 6e édition de sa Marche de l’inclusion afin de promouvoir l’acceptation et l’intégration de la différence. Cette année, L’Arche Montérégie propose une toute nouvelle formule virtuelle en invitant la population à marcher, courir ou pédaler de la maison.L’Arche lance le défi à la population de parcourir tous ensemble un total de 1 000 km en marchant, en courant ou en pédalant. Les participants sont donc appelés à se fixer un objectif à la hauteur de leurs capacités et peuvent réaliser le défi à titre de participant individuel ou en formant une équipe. Dans le cadre de cette activité, tous les types de différences sont accueillies et valorisées; peu importe l’âge, la condition physique ou sociale, le handicap, tout le monde peut enfin participer à cette activité. Les participants auront la chance de découvrir la communauté de L’Arche Montérégie via un groupe Facebook. Grâce à du contenu exclusif, ils y découvriront les plus belles histoires de L’Arche. De plus, les participants recevront un trajet qu’ils seront libres de suivre ou non afin de passer devant les 3 foyers de L’Arche. Malgré la distanciation sociale, il sera alors possible de créer un échange entre le grand public et la communauté de L’Arche!L’Arche Montérégie propose ainsi une activité de sensibilisation et permet à l’ensemble des personnes vivant avec une différence de participer à une expérience des plus épanouissantes, misant sur des valeurs d’inclusion sociale et d’accessibilité pour tous. Pour obtenir plus d’informations, pour vous inscrire ou pour faire un don, visitez le www.larchemonteregie.org/marchedelinclusion. L’inscription est gratuite ! Tous les dons amassés seront remis à l’organisme afin qu’il puisse continuer à offrir des soins de qualité et un environnement adapté aux personnes vivant avec une déficience intellectuelle qu’il accueille.Établi à Beloeil depuis 1981, L’Arche Montérégie est un organisme sans but lucratif qui compte 3 foyers où 17 personnes vivant avec une déficience intellectuelle accueillent et partagent leur quotidien avec une dizaine d’assistants. En plus de ces milieux de vie, on y tient 4 ateliers de travail significatif pour les personnes accueillies, soit un atelier d’art, de cuisine, d’entretien et de jardin.

Lire la suite

circulation en alternance sur la route 223 à Saint-Basile-le-Grand

circulation en alternance sur la route 223 à Saint-Basile-le-Grand

Du 22 septembre jusqu’à mi-octobre Circulation en alternance, gérée à l’aide de feux de circulation mobiles, sur un court tronçon de la route 223 (chemin du Richelieu) situé au sud de la rue du Purvis Club. Afin de planifier adéquatement vos déplacements, informez-vous sur les entraves en cours et à venir en consultant le Québec511. Pour la sécurité des usagers de la route et celle des travailleurs, le respect de la signalisation est essentiel

Lire la suite

Contact

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tous droits reservés © 2014 La télévision de la Vallée-du-Richelieu
Propulsé par 7Dfx