Affaires publiques

29 octobre 2020

Portes ouvertes virtuelles de l’ITA : une formule revisitée, les mêmes avantages d’y prendre part!

Portes ouvertes virtuelles de l’ITA : une formule revisitée, les mêmes avantages d’y prendre part!

L’Institut de technologie agroalimentaire (ITA) est heureux d’inviter les étudiants désirant entamer une carrière en agroalimentaire à participer à ses journées portes ouvertes. Elles se tiendront virtuellement le samedi 14 novembre (campus de La Pocatière) et le samedi 21 novembre (campus de Saint-Hyacinthe). Ainsi, les futurs étudiantes et étudiants auront l’occasion, sans avoir à se déplacer, d’en savoir plus sur l’ITA et de découvrir l’ensemble des programmes techniques qui sont offerts, grâce à la formule revisitée qui leur sera proposée. L’horaire des présentations Par l’entremise de rencontres sur la plateforme virtuelle Teams, qui auront lieu en direct selon un horaire préétabli, les participants auront la possibilité de poser toutes leurs questions sur la formation qui les intéresse. Au programme : explications sur chacune des formations par le chef de l’équipe de programme, présentations des installations pédagogiques et témoignages d’étudiants actuels. Les futurs étudiants pourront également obtenir une foule de renseignements sur la vie étudiante et sur les services à leur disposition. Les aides pédagogiques individuelles (API) et les responsables des prêts et bourses seront également disponibles, sur rendez-vous entre 12 h et 14 h, pour les personnes souhaitant poser des questions sur leur cheminement scolaire ou qui ont des interrogations concernant les prêts et bourses. Pour participer à l’une ou à plusieurs rencontres lors des deux journées portes ouvertes, les participants devront se rendre sur le site Internet de l’ITA au www.ita.qc.ca/po. Campus de La Pocatière : 14 novembre 10 h : Gestion et technologies d'entreprise agricoleTechniques équinesTechnologie des procédés et de la qualité des aliments11 h : Vie étudiante (association étudiante, sports, etc.)11 h 30 : Services aux étudiants (aide pédagogique, services adaptés, service de placement)13 h : Technologie des productions animalesTechnologie de la production horticole agroenvironnementale Campus de Saint-Hyacinthe : 21 novembre 10 h : Gestion et technologies d'entreprise agricolePaysage et commercialisation en horticulture ornementaleTechnologie des procédés et de la qualité des aliments11 h : Vie étudiante (association étudiante, activités sportives, etc.)11 h 30 : Services aux étudiants (aide pédagogique, services adaptés, service de placement)13 h : Technologie des productions animalesTechnologie de la production horticole agroenvironnementaleTechnologie du génie agromécanique Les personnes qui participent aux portes ouvertes courent également la chance de gagner l’une des trois bourses d’une valeur de 190 dollars, représentant l’équivalent des droits d’inscription pour un trimestre à l’ITA. Plus de détails sur les journées portes ouvertes et sur l’Institut se trouvent à l’adresse Internet www.ita.qc.ca/po. La page Facebook @ITAofficiel et le compte Instagram @itaofficiel permettent aussi d’en apprendre plus sur les programmes, les campus, la vie étudiante et les différents projets qui font de l’ITA une institution unique en son genre au Québec. Rappelons que l’ITA est un établissement d’enseignement collégial qui relève du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation. Il forme chaque année près de 55 % des étudiants finissants appelés à travailler dans l’industrie agroalimentaire. Près de 12 000 technologues sont issus de l’ITA depuis sa création en 1962. Pour plus d’information sur l’ITA, rendez-vous au www.ita.qc.ca

29 octobre 2020

DE NOUVELLES OBLIGATIONS À PARTIR DU 1ER JANVIER POUR CONTRER LE TRAVAIL CLANDESTINDANS L’ENTRETIEN DES ÉDIFICES PUBLICS

DE NOUVELLES OBLIGATIONS À PARTIR DU 1ER JANVIER POUR CONTRER LE TRAVAIL CLANDESTINDANS L’ENTRETIEN DES ÉDIFICES PUBLICS

À compter du 1er janvier 2021, les entreprises et les sous-contractants qui font des affaires dans le secteur de l’entretien d’édifices publics auront de nouvelles obligations à respecter. Ces mesures visent à contrer le travail clandestin, la multiplication de compagnies fictives et la fausse facturation dans cette industrie.Les entreprises d’entretien qui recourent à des sous-contractants devront obtenir de ces derniers uneattestation de Revenu Québec valide qui indique qu’ils respectent leurs obligations fiscales. Cetteobligation s’appliquera à toute entreprise titulaire d’un certificat d’inscription au fichier de la TVQ.Ces exigences concernent les travaux d’entretien visés par les décrets sur le personnel d’entretiend’édifices publics au Québec. Ceux-ci couvrent entre autres les établissements de santé, les garderies etles écoles, les hôtels et les restaurants ainsi que les immeubles de bureaux.Environ 14 000 entreprises seront touchées par ces nouvelles exigences.Les entreprises d’entretien devront obtenir une copie de l’attestation de tout sous-contractant avec lequel elles ont un contrat à durée indéterminée, ou encore un ou des contrats à durée déterminée qui totalisent 10 000 $ ou plus dans une année. Elles devront aussi s’assurer que l’attestation est valide et en vérifier l’authenticité. De plus, elles devront par la suite déclarer le total des montants facturés par chaque souscontractant. Si un contrat est en cours le 1er janvier 2021, elles devront s’assurer que l’attestation est valide et en vérifier l’authenticité au plus tard à cette date.Les sous-contractants auront l’obligation de détenir une attestation valide de Revenu Québec. Il leur serapossible de la renouveler automatiquement, à condition qu’ils respectent toujours leurs obligations fiscales. De plus, ils devront en remettre une copie valide à l’entreprise d’entretien avec laquelle ils ont conclu un contrat. Si un contrat est en cours le 1er janvier 2021, ils devront obtenir une attestation et lui en remettre une copie au plus tard à cette date.L’ensemble de ces obligations devront être respectées tout au long de la période des travaux d’entretienprévue au contrat entre les entreprises d’entretien et leurs sous-contractants.Prenez de l’avance!Bien que ces nouvelles obligations n’entrent en vigueur que le 1er janvier 2021, les entreprises concernées par ce changement ont tout avantage à prendre de l’avance. Elles peuvent obtenir leur attestation sur le site de Revenu Québec dès aujourd’hui si elles remplissent les conditions de délivrance. Les entreprises d’entretien qui voudront vérifier l’authenticité des attestations de leurs sous-contractants pourront le faire à compter du 7 décembre 2020.Afin de respecter ces nouvelles exigences, les entreprises visées pourront utiliser des services en lignerapides et simples grâce à Mon dossier pour les entreprises.Pour plus d’information, visitez la page Attestation de Revenu Québec.JUSTE. POUR TOUS.Revenu Québec a pour mission de s’assurer que chacun paie sa juste part du financement des servicespublics. Son objectif est de maintenir l’équité fiscale dans l’intérêt de tous.

27 octobre 2020

NOUVEAUX TOPONYMES Beloeil célèbre son patrimoine en nommant six espaces verts

NOUVEAUX TOPONYMES Beloeil célèbre son patrimoine en nommant six espaces verts

La Ville de Beloeil présente six nouveaux toponymes qui nommeront des espaces verts et des parcs, en plus de commémorer certains personnages historiques importants.« Le conseil municipal tient à garder en vie la mémoire de personnages importants de notre histoire collective. Notre patrimoine est précieux, et nous sommes fiers de le mettre en valeur en nommant des lieux de vie importants pour nos citoyens », explique Diane Lavoie, mairesse de Beloeil.La Place Yolande-Chartrand, située dans le quartier des Bourgs de la Capitale sur la rue du même nom, commémore une bénévole très impliquée pendant 20 ans au sein de la Télévision communautaire de la Vallée-du-Richelieu.La Place Dollard-Saint-Laurent est un espace vert nouvellement nommé situé tout près de l’aréna André-Saint-Laurent. Dollard Saint-Laurent était un joueur de hockey professionnel qui a joué pour les Canadiens de Montréal et les Blackhawks de Chicago. Il a gagné la Coupe Stanley quatre fois avec le CH et une fois avec les Blackhawks. Il est également l’oncle de André Saint-Laurent, joueur de hockey professionnel ayant longtemps habité à Beloeil.La Place Joseph-Pigeon est adjacente à la rue Pigeon. Joseph Pigeon est né à Beloeil en 1860, est décédé à Montréal et inhumé à Beloeil en 1934. Il était un marchand général à Beloeil en 1901. Il a également été conseiller municipal du village de Beloeil en 1908 et maire du village de Beloeil de 1910 à 1911.Le Boisé de la Jemmerais remplace le parc du même nom, adjacent à la rue de Carillon. Le terme « boisé » est mieux adapté à la vocation de l’espace vert, en raison de l’absence de modules de jeux ou sportifs.La Place Henri-Matisse est située aux angles des rues Matisse et Bonair. Elle célèbre le peintre,dessinateur, graveur et sculpteur français décédé le 3 novembre 1954 à Nice.Entre les rues Monseigneur-Bourget, Rodin et Le Corbusier, la Place Auguste-Rodin est un espace vert nommé d’après l’un des plus importants sculpteurs français de la seconde moitié du XIXe siècle. Il est considéré comme un des pères de la sculpture moderne.

22 octobre 2020

COLLECTES DES MATIÈRES RÉSIDUELLES Annonce des mesures d’amélioration des impacts environnementaux

COLLECTES DES MATIÈRES RÉSIDUELLES Annonce des mesures d’amélioration des impacts environnementaux

Lors de la tenue d’une conférence de presse virtuelle, le jeudi 22 octobre dernier, les membres du Conseil de la MRC de La Vallée-du-Richelieu (MRCVR) ont annoncé des mesures d’amélioration des impacts environnementaux des collectes. Positionnant la MRVCR à l’avant-garde en matière d’environnement, trois mesures concrètes seront en vigueur à compter du 1er janvier 2021. La collecte des ordures deviendra mécanisée et, par conséquent, le bac roulant sera obligatoire et un seul bac sera autorisé par unité d’occupation. La fréquence de la collecte des ordures sera modifiée. Les ordures seront donc collectées, à partir du 1er janvier 2021, aux trois semaines. Les encombrants, jusqu’à maintenant ramassés à toutes les collectes des ordures, seront collectés séparément, une fois par mois et sur réservation. Ces mesures répondent notamment aux cibles gouvernementales du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, aux recommandations de Recyc-Québec, au Plan métropolitain de gestion des matières résiduelles de la Communauté métropolitaine de Montréal et au Plan stratégique de la MRCVR.« Nous sommes bien conscients que ces nouvelles mesures demandent une adaptation pour les citoyennes et citoyens. Nous sommes confiants que rapidement ces changements collectifs porteront leurs fruits. L’arrivée du bac brun en est un bon exemple. Il y a pratiquement trois ans, nous avons introduit, dans nos quotidiens, un nouveau geste, soit celui de trier nos matières organiques. Depuis le 1er janvier 2018, avec la collecte des matières organiques, nous avons détourné pas moins de 17 130 tonnes de l’enfouissement. Ensemble, nous pouvons faire une différence! », a tenu à préciser la mairesse de la Ville de Beloeil et préfète de la MRCVR, madame Diane Lavoie.IMPACTS ENVIRONNEMENTAUXForce est de constater qu’annuellement ces changements auront des impacts environnementaux considérables. À titre illustratif, les plus récents calculs indiquent qu’annuellement, près de 2 000 tonnes de matières seront détournées de l’enfouissement, ce qui est l’équivalent du poids de 63 baleines à bosse. Cette réduction de l’enfouissement impliquera une réduction d’environ 2 500 tonnes de gaz à effet de serre, représentant 520 voitures de moins sur nos routes. Finalement, le changement de la fréquence des collectes des ordures aura comme impact une diminution de la circulation des camions de collecte, correspondant à 14 000 km de moins sur nos routes, ou de façon symbolique, l’aller-retour entre le territoire de la MRC de La Vallée-du-Richelieu et l’Alaska.PRÉCISIONS AU SUJET DE CES CHANGEMENTSLes citoyen(-ne)s sont invités à visitez le www.mrcvr.ca/collectes-2021 où l’ensemble des renseignements relatifs à ces changements sont précisés et expliqués, notamment au niveau des composantes des bacs roulants autorisés, de la procédure de réservation de la collecte des encombrants et de la possibilité pour les grands ménages d’utiliser un deuxième bac roulant. Il est également possible de communiquer avec le service Infocollectes, par téléphone au 450 464-4636 (INFO) ou sans frais au 1 844 722-4636 (INFO). Il est important de noter que ces annonces s’adressent aux résidant(e)s des 11 municipalités dont la MRCVR a compétence au niveau de la collecte des matières organiques, des matières recyclables et des matières résiduelles (ordures), soit : Beloeil, Carignan, McMasterville, Mont-Saint-Hilaire, Otterburn Park, Saint-Antoine-sur-Richelieu, Saint-Charles-sur-Richelieu, Saint-Denis-sur-Richelieu, Saint-Jean-Baptiste, Saint-Marc-sur-Richelieu et SaintMathieu-de-Beloeil.

21 octobre 2020

Rendez-vous régionaux de l’UMQ Les élues et élus municipaux de la Montérégie s’engagent pour la relance économique sécuritaire

Rendez-vous régionaux de l’UMQ  Les élues et élus municipaux de la Montérégie s’engagent pour la relance économique sécuritaire

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) poursuit ses Rendez-vous régionaux du monde municipal virtuels, cette fois en Montérégie. Les élues et élus municipaux de la région ont fait le point sur la deuxième vague de la COVID-19 qui prend de l’ampleur au Québec et des différentes actions à prendre afin de participer à une relance sécuritaire et durable de l’économie. « Les élues et élus municipaux avaient besoin d’échanger sur la situation actuelle alors que la COVID-19 connaît un rebond un peu partout au Québec. Le printemps dernier, le monde municipal a été en première ligne et a su apporter une réponse adéquate à la pire pandémie des 100 dernières années. Maintenant, nous avons les moyens d'aller encore plus loin dans l’aide à nos populations, mais aussi dans la relance durable et sécuritaire de l’économie. Avec mes collègues de la Montérégie, nous avons fait le point sur nos expériences récentes et identifié diverses mesures qui permettront d’y arriver », déclare madame Suzanne Roy, présidente de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie. Chaque région doit miser sur ses atouts pour relancer l’économie Les élues et élus de la région ont été unanimes dans leur volonté de relancer tous les secteurs économiques de la région. « Les municipalités de notre région contribuent avec confiance à la reprise économique tout en ne ménageant aucun effort pour diminuer la propagation du virus. D’ailleurs, l’annonce de la nouvelle collaboration entre les gouvernements de proximité et le gouvernement du Québec pour un soutien financier aux municipalités arrive au bon moment pour nous donner les moyens de faire encore plus pour la Montérégie », ajoute monsieur Donat Serres, président du caucus régional de la Montérégie et maire de La Prairie. Rappelons que l’UMQ a présenté un important Plan de relance économique municipal pour fixer les conditions d’une reprise durable des activités économiques dans toutes les régions du Québec. Les dates et modalités d’inscription des différents Rendez-vous régionaux du monde municipal sont affichées sur le site Web de l’UMQ. La voix des gouvernements de proximité Depuis plus de 100 ans, l’UMQ rassemble les gouvernements de proximité de toutes les régions du Québec. Sa mission est d’exercer un leadership fort pour des gouvernements de proximité autonomes et efficaces. Elle mobilise l’expertise municipale, accompagne ses membres dans l’exercice de leurs compétences et valorise la démocratie municipale. Ses membres, qui représentent plus de 85 % de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole.

21 octobre 2020

Projet de loi 66 sur l’accélération des projets d’infrastructure « Il faut mettre aussi les chantiers municipaux sur la voie rapide », selon l’UMQ

Projet de loi 66 sur l’accélération des projets d’infrastructure « Il faut mettre aussi les chantiers municipaux sur la voie rapide », selon l’UMQ

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) a présenté aujourd’hui en commission parlementaire ses commentaires sur le projet de loi no 66, Loi concernant l’accélération de certains projets d’infrastructure. L’UMQ accueille favorablement la nouvelle pièce législative qui permettra la réalisation de grands projets d’infrastructure dans toutes les régions du Québec. L’Union souligne par contre l’importance d’octroyer aux municipalités les mêmes mesures d’accélération que celles prévues pour le gouvernement du Québec « Toutes les régions souffrent du ralentissement économique, sans exception. On le dit depuis le début de la crise, les travaux d’infrastructure sont un moyen efficace de générer de la richesse, de créer des emplois et de stimuler nos chaînes d’approvisionnement. Maintenant, il faut passer à l’action. Il faut mettre en chantier les petits et les grands projets, et les projets dans nos municipalités, ceux qui stimulent l’économie locale. On ne peut pas encore attendre des mois et des années pour mettre en chantier nos projets prêts à démarrer. La relance, c’est maintenant! », a soutenu la présidente de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie, madame Suzanne Roy. L’UMQ a attiré l’attention des membres de la commission sur la nécessité de réformer à brève échéance la Loi sur l’expropriation pour que le calcul de l’indemnité soit basé sur la valeur marchande, afin d’assurer une prévisibilité budgétaire pour la partie expropriante. « Avec le projet de loi no 66, on se donne une procédure d’expropriation allégée, comme cela a été le cas pour d’autres projets de transport collectif dans le passé. Si on doit toujours adopter des lois pour contourner la Loi sur l’expropriation, c’est parce que la loi ne fonctionne plus. La loi québécoise met à risque les projets, en allongeant les délais de réalisation et en faisant exploser les coûts. Les indemnités payables au propriétaire fixées en vertu de la loi s’avèrent nettement supérieures à la valeur marchande de l’immeuble », a ajouté Madame Roy. Dans ses recommandations, l’Union demande également de diversifier les cibles d’investissement, en élargissant les critères d’admissibilité du Programme de la taxe sur l’essence et de la contribution du Québec, afin que les municipalités puissent déposer les projets identifiés aux plans triennaux d’immobilisations. Le mémoire intégral comprenant les recommandations de l'UMQ sur le projet de loi 66 est disponible sur le site Internet de l’UMQ. La voix des gouvernements de proximitéDepuis maintenant 100 ans, l’UMQ rassemble les gouvernements de proximité de toutes les régions du Québec. Sa mission est d’exercer un leadership fort pour des gouvernements de proximité autonomes et efficaces. Elle mobilise l’expertise municipale, accompagne ses membres dans l’exercice de leurs compétences et valorise la démocratie municipale. Ses membres, qui représentent plus de 85 % de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole

15 octobre 2020

Comment se protéger d’un tremblement de terre

 Comment se protéger d’un tremblement de terre

Les experts sont formels: le Québec n’est pas à l’abri d’un séisme. Hélas, seulement 3% des Québécois sont assurés contre les tremblements de terre. Et rares sont ceux qui connaissent les principales mesures pour prévenir les blessures et couvrir les dommages potentiels aux habitations et aux véhicules. Chaque année, environ 450 tremblements de terre se produisent dans l’est du Canada. Si la plupart d’entre eux affichent une faible magnitude et causent peu de dommages matériels, un séisme pouvant atteindre 7 sur l’échelle de Richter pourrait éventuellement survenir dans la zone sismique du corridor Québec-Montréal-Ottawa, qui s’allonge pour inclure la région de Charlevoix et la Côte-Nord. Les experts évaluent entre 5% et 15% les chances que cette région vive un séisme important au cours des 50 prochaines années. Les dommages occasionnés par un tel séisme pourraient être aggravés par des infrastructures vieillissantes, un sous-sol meuble ou une forte densité de population dans certains secteurs*. Comment se protéger d’un tremblement de terre?Si les tremblements de terre de magnitude élevée surviennent rarement au Québec, il est tout de même important de connaître les consignes en cas de séismes. 1. Établissez un plan familial indiquant clairement la meilleure façon de procéder en cas de séisme.2. Garnissez adéquatement la trousse d’urgence que vous conservez à la maison.3. Si la terre tremble:Baissez-vous près du solAbritez-vous sous une table ou un meuble solideAgrippez le meuble fermementÉvitez de sortir à l’extérieur et restez éloigné des portes et des fenêtres, de même que des meubles en hauteur et des appareils d’éclairage. Vous êtes à l’extérieur? Fuir la foule pour dénicher un abri adéquat peut vous éviter d’être piétiné lors d’un mouvement de panique.4. Une fois les secousses terminées, assurez-vous que personne n’est blessé et que votre résidence n’a pas subi de lourds dommages avant d’inspecter les lieux. En cas de doute, mieux vaut évacuer le bâtiment et contacter les autorités. Si les dommages vous semblent superficiels, répertoriez-les en les photographiant et contactez votre assureur sans tarder. Surtout, gardez en tête que la priorité absolue demeure votre sécurité et celle de vos proches. L’assurance tremblement de terre: êtes-vous protégé?Les séismes d’une magnitude supérieure à 5 sur l’échelle de Richter peuvent causer des dommages importants, car ils affectent souvent la fondation et même la structure d’une habitation. D’où l’importance de bien connaître la protection à laquelle votre contrat d’assurance habitation vous donne droit. Selon le BAC, 33% des Québécois pensent, à tort, que leur assurance habitation de base les protège contre ce risque. En fait, seulement 3% ont une couverture appropriée**. «Les gens ignorent qu’on doit se procurer un avenant ajouté à son contrat d’assurance habitation pour protéger sa propriété des nombreuses conséquences d’un tremblement de terre. Les répercussions peuvent aller de dommages mineurs à des fondations fissurées, ou même la destruction complète de l’immeuble.»Suzanne Michaud, vice-présidente Assurance de CAA-QuébecVoici quelques précisions:Incendie à la suite d’un tremblement de terre: la protection est généralement incluse dans le contrat d’assurance habitation.Glissement de terrain et éboulement découlant d’un tremblement de terre: les dommages sont couverts si vous avez souscrit la protection contre les tremblements de terre.Inondation: les dommages dus à l’inondation sont exclus de la protection.La règle s’applique aussi à votre véhicule, qui sera protégé si une protection «Chapitre B: garanties pour les dommages aux véhicules assurés» a été ajoutée à votre contrat. Si vous habitez dans une zone à risque, parlez-en avec votre agent qui vous proposera une protection adaptée à vos besoins.

07 octobre 2020

Opération Nez rouge n’offrira pas son service de raccompagnement en 2020 Une campagne de sensibilisation adaptée à la situation sanitaire sera dévoilée en novembre

Opération Nez rouge n’offrira pas son service de raccompagnement en 2020 Une campagne de sensibilisation adaptée à la situation sanitaire sera dévoilée en novembre

Dans le contexte sanitaire actuel et après analyse de son impact sur la logistique du service,en collaboration avec la Santé publique, l’Opération Nez rouge a choisi de ne pas mettre en place, cette année, son service de raccompagnement, volet bien connu de sa campagne de sensibilisation déployée durant le temps des Fêtes.Néanmoins, l’Opération Nez rouge entend poursuivre sa mission de promotion d’une consommation responsable en s’adaptant à la situation exceptionnelle dans laquelle nous évoluons.« La sécurité de nos bénévoles, de nos clients et de nos maîtres d'œuvre locaux a toujours été la priorité de nos actions » rappelle Jean-Philippe Giroux, directeur général de l’Opération Nez rouge, avant d’ajouter : « Notre choix a été longuement réfléchi et ce n’est pas sans émotions que nous l’avons arrêté. Nous sommes convaincus que de belles actions resteront possibles durant le temps des Fêtes et, d’ici là, nous rappelons à tous de planifier leur retour à la maison de façon sécuritaire. » L'Opération Nez rouge dévoilera les détails de sa campagne 2020 de sensibilisation, mais sans service de raccompagnement, au cours du mois de novembre.L’Opération Nez rouge vous invite, en tout temps, à planifier votre retour à la maison en toute sécurité en appelant un proche, un taxi ou en désignant un chauffeur avant votre soirée.À propos de l’Opération Nez rougeL’Opération Nez rouge est un organisme à but non lucratif dont la mission est de valoriser l’adoption d’un comportement responsable dans toutes situations de facultés affaiblies par une approche citoyenne non moralisatrice. L’Opération Nez rouge est présente dans plus de 100 communautés au Canada dont plus de 60 au Québec.

29 octobre 2020

Projet de loi n° 69 sur le patrimoine culturel Le financement devra être au rendez-vous pour assurer le succès de la réforme, estime l’UMQ

Projet de loi n° 69 sur le patrimoine culturel Le financement devra être au rendez-vous pour assurer le succès de la réforme, estime l’UMQ

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) prend acte du projet de loi no 69, Loi modifiant la Loi sur le patrimoine culturel, présenté aujourd’hui à l’Assemblée nationale du Québec par la ministre de la Culture et des Communications, madame Nathalie Roy. De manière générale, l’Union souscrit aux objectifs visés par cette pièce législative et offre sa pleine collaboration à la ministre pour les atteindre. Elle entend d’ailleurs participer aux consultations prévues à ce sujet pour faire valoir certaines de ses préoccupations en ce domaine, notamment en ce qui concerne les nouveaux outils réglementaires proposés aux municipalités et aux MRC. Elle s’attend cependant à ce que le gouvernement du Québec continue à apporter son soutien financier aux municipalités pour que ces dernières puissent remplir leur rôle v à ce chapitre. « La protection, la conservation et la mise en valeur du patrimoine sont des responsabilités partagées entre le gouvernement du Québec, les gouvernements de proximité et les propriétaires privés. Afin que notre patrimoine culturel soit préservé, il est essentiel que tous les acteurs fassent leur part en fonction de leurs champs d’intervention respectifs. Cette responsabilité ne peut incomber seulement aux municipalités et aux contribuables municipaux et un appui financier du gouvernement du Québec sera la clé du succès de cette réforme », a indiqué la présidente de l’UMQ et mairesse de Sainte-Julie, madame Suzanne Roy. À cet effet, l’Union estime que la bonification de 21,6 millions $ du Programme de soutien au milieu municipal en patrimoine immobilier annoncée récemment constitue un pas dans la bonne direction. Selon la porte-parole des gouvernements de proximité, il est toutefois nécessaire de prévoir un financement à long terme pour soutenir les municipalités dans leurs efforts pour protéger notre patrimoine immobilier. L’UMQ analysera en profondeur les mesures proposées et présentera ses commentaires et recommandations en commission parlementaire. La voix des gouvernements de proximitéDepuis maintenant 100 ans, l’UMQ rassemble les gouvernements de proximité de toutes les régions du Québec. Sa mission est d’exercer un leadership fort pour des gouvernements de proximité autonomes et efficaces. Elle mobilise l’expertise municipale, accompagne ses membres dans l’exercice de leurs compétences et valorise la démocratie municipale. Ses membres, qui représentent plus de 85 % de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole.

29 octobre 2020

Sessions d’information juridique en droit familial chez Inform’elle

Sessions d’information juridique en droit familial chez Inform’elle

Inform’elle offre une série de sessions d’information juridique en droit de la famille animées par des juristes pour permettre à tous d’en apprendre davantage sur leurs droits et obligations en matière familiale. Durant la pandémie les sessions seront offertes en visioconférence. Les prochaines sessions d’information sont : -Mandat et régimes de protection Mercredi 25 novembre 2020, 13 h 30 à 15 h 30 -Protection des conjoints de fait Jeudi 26 novembre 2020, 19 h à 21 h Pour information : www.informelle.osbl.ca. Inscription obligatoire : 450 443-3442, poste 221.

23 octobre 2020

À des fins préventives, le campus de Saint-Hyacinthe de l’ITA opte pour la formation en ligne jusqu’au 9 novembre

 À des fins préventives, le campus de Saint-Hyacinthe de l’ITA opte pour la formation en ligne jusqu’au 9 novembre

L’Institut de technologie agroalimentaire (ITA), campus de Saint-Hyacinthe, annonce qu’à titre préventif, il dispensera l’ensemble de ses activités de formation en ligne à compter du 26 octobre à midi, et ce, jusqu’au 9 novembre inclusivement. Cette décision touche l’ensemble des programmes de formation technique de même que les activités de formation continue. La date de reprise des activités présentielles demeure conditionnelle à l’évolution de la situation. Cette décision découle d’informations transmises par la Santé publique quant à une possible exposition à la COVID-19 de certains étudiants lors de rassemblements privés. « La direction de l’ITA travaille en étroite collaboration avec la Santé publique et applique toutes ses recommandations afin d’éviter la propagation du virus. La santé et la sécurité des étudiants et du personnel de l’Institut sont au cœur de nos priorités », explique M. Michel Ste-Marie, directeur du campus de Saint-Hyacinthe. Rappelons que l’Institut était bien préparé à faire face à une possible situation de cette nature. En effet, considérant le risque qu’une telle éventualité survienne au cours de l’automne, l’ensemble des professeurs de l’ITA avaient déjà planifié une version alternative 100 % en ligne des laboratoires prévus initialement en présentiel. Ainsi, grâce à la proactivité de l’ensemble du personnel, les activités de formation seront poursuivies sans interruption. Quant aux activités de formation continue prévues en présence au campus, elles seront reportées ultérieurement. L’Institut tient également à rappeler que si un étudiant ou un employé de l’ITA ressent des symptômes associés à la COVID-19 ou qu’il a été en contact étroit avec une personne déclarée positive, il est demandé qu’il reste chez lui en isolement préventif. Il doit contacter dans les plus brefs délais la Santé publique au 1 877 644-4545 et suivre les directives qui lui seront fournies. De même, une unité mobile de dépistage sera disponible à Saint-Hyacinthe les 26 et 27 octobre au Pavillon de la Coop (2740, avenue Beauparlant, à Saint-Hyacinthe). Il s'agit d'une clinique sans rendez-vous entre 9 h et 16 h. Il est à noter que les activités de formation du campus de La Pocatière se poursuivent en mode hybride comme prévu.

22 octobre 2020

COLLECTE DES MATIÈRES ORGANIQUES AUX DEUX SEMAINES À compter du 5 novembre

COLLECTE DES MATIÈRES ORGANIQUES AUX DEUX SEMAINES À compter du 5 novembre

La Ville de Saint-Basile-le-Grand souhaite rappeler à ses citoyens que dès le jeudi 5 novembre, la collecte des matières organiques sera de retour aux deux semaines.Les matières acceptées peuvent être déposées directement dans le bac brun de 240 L ou préalablementdans un sac ou contenant fait de papier. Aucun sac de plastique, même identifié comme étantbiodégradable ou compostable, ne doit être utilisé pour cette collecte.Les bacs bruns doivent être placés en bordure de la propriété avant 7 h le jour de la collecte en respectant un dégagement d’un mètre avec tout autre élément en place (voiture, poteau, autre bac, etc.).En période hivernale, pour ne pas nuire aux opérations de déneigement et à la circulation desautomobilistes et des piétons, la Municipalité demande la collaboration des citoyens afin que les bacsdemeurent accessibles pour les manœuvres des collectes automatisées. Ainsi, il est important d’éviter de placer les bacs sur les infrastructures publiques, dont les trottoirs. De plus, il est à noter que le bac roulant ne sera pas ramassé s’il n’est pas dégagé de la neige.

21 octobre 2020

Projet de loi 65 sur la modernisation de la collecte sélective Responsabiliser les producteurs, s’appuyer sur le partenariat municipal et respecter les réalités régionales : trois piliers essentiels de la réforme, selon l’UMQ

Projet de loi 65 sur la modernisation de la collecte sélective Responsabiliser les producteurs, s’appuyer sur le partenariat municipal et respecter les réalités régionales : trois piliers essentiels de la réforme, selon l’UMQ

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) a présenté le 21 octobre dernier, en commission parlementaire, ses commentaires sur le projet de loi no 65, Loi modifiant principalement la Loi sur la qualité de l’environnement en matière de consigne et de collecte sélective. Tout en réitérant son appui aux objectifs du projet de loi, l’UMQ a rappelé la nécessité que la réforme proposée puisse enfin mettre un terme à l’incertitude financière liée à la responsabilité de la collecte sélective au Québec. « En responsabilisant les producteurs de matières résiduelles, de leur mise en marché jusqu’à leur fin de vie, le gouvernement du Québec prend la décision qui s’imposait. Nous partageons entièrement les objectifs qu’il vise avec ce projet de loi, qui permettra de mieux s’adapter à la nouvelle réalité de marchés qui changent constamment et de réduire l’incertitude financière des municipalités, tout en augmentant la performance globale du système », a déclaré le président de la Commission de l’environnement de l’UMQ et maire de Victoriaville, monsieur André Bellavance. L’Union s’est toutefois montrée préoccupée par certains aspects du projet de loi relatifs à l’octroi de contrats municipaux pour les services de collecte, de transport, de tri et de conditionnement dans la transition, qui pourraient entraîner certains surcoûts pour les municipalités. C’est pourquoi l’UMQ a proposé au gouvernement du Québec de modifier le Régime de compensation pour les services municipaux fournis en vue d’assurer la récupération et la valorisation de matières résiduelles afin qu’il puisse compenser entièrement les coûts supplémentaires occasionnés par l’échéancier prévu dans le projet de loi. « Les obligations contractuelles telles que prévues dans le projet de loi ne permettent pas aux municipalités de s’adapter aux nouvelles dispositions législatives. C’est pourquoi l’UMQ demande au gouvernement du Québec de prévoir des mécanismes particuliers pour les organismes municipaux ayant déjà entamé un processus d’appel d’offres avant l’entrée en vigueur de la loi », a ajouté Monsieur Bellavance. Outre les nombreuses rencontres de groupes de travail sur le sujet tout au long de l’année 2020, rappelons qu’en 2019, l’Union a participé activement aux travaux du comité d’action pour la modernisation de la récupération et du recyclage, mis sur pied par le ministre de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques, monsieur Benoît Charette. Le comité lui a remis, en octobre dernier, un projet de réforme en profondeur du système. Cette proposition était axée autour du principe de responsabilité élargie des producteurs qui mettent en marché des contenants, des emballages, des imprimés et des journaux, afin de rendre ces derniers imputables et de les impliquer dans la création de débouchés. Le comité aviseur du ministre, auquel siège l’UMQ, poursuivra ses travaux tout au long de la mise en œuvre du projet de réforme. Le mémoire intégral comprenant les recommandations détaillées de l’UMQ est disponible en ligne sur le site Internet de l’Union. La voix des gouvernements de proximitéDepuis maintenant 100 ans, l’UMQ rassemble les gouvernements de proximité de toutes les régions du Québec. Sa mission est d’exercer un leadership fort pour des gouvernements de proximité autonomes et efficaces. Elle mobilise l’expertise municipale, accompagne ses membres dans l’exercice de leurs compétences et valorise la démocratie municipale. Ses membres, qui représentent plus de 85 % de la population et du territoire du Québec, sont regroupés en caucus d’affinité : municipalités locales, municipalités de centralité, cités régionales, grandes villes et municipalités de la Métropole.

20 octobre 2020

LANCEMENT DU PROJET « PARCOURS PÉDAGOGIQUE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLE »

LANCEMENT DU PROJET « PARCOURS PÉDAGOGIQUE EN INTELLIGENCE ARTIFICIELLE »

Le Service de la formation continue du Cégep de Saint-Hyacinthe annonce le lancement du projet Parcours pédagogique en intelligence artificielle. Cette initiative, développée en partenariat avec l’École secondaire Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe et JACOBB, Centre d’intelligence artificielle appliquée, grâce à l’appui du programme NovaScience du ministère de l’Économie et de l’Innovation, vise ledéveloppement des connaissances et des compétences des enseignants et des élèves de 3e, 4e et 5e secondaires en matière d’intelligence artificielle. Les spécialistes de JACOBB, Centre d’intelligence artificielle appliquée, agiront comme consultants experts.Initiative unique au QuébecLes activités prévues dans le cadre de Parcours pédagogique en intelligence artificiellecomprendront plusieurs volets : concepts théoriques de l’IA, prototypage d’une application, aspects éthiques de l’IA, etc. Tout au cours de cette initiative, plusieurs activités permettront aux élèves comme aux enseignants de découvrir le potentiel et les diverses applications de l’intelligence artificielle dans la vie courante et le monde du travail grâce au développement d’un projet. Au cours des derniers mois, les experts de JACOBB ont débuté l’accompagnement des enseignants de l’École secondaire Saint-Joseph de Saint-Hyacinthe. Celui-ci se poursuivra tout au long du projet. À compter de cet automne, ce sont les élèves du secondaire qui feront leurs premiers pas dans l’univers de l’intelligence artificielle. Des étudiants du Cégep de Saint-Hyacinthe viendront soutenir les enseignants durant le projet.Appui financier du programme NovaScience, du ministère de l’Économie et de l’InnovationDans le but d’aider la relève à répondre aux besoins actuels et émergents de l’économie du savoir, le programme NovaScience soutient la promotion d’une culture de l’innovation et des sciences, et favorise, par le soutien offert, la qualification de la main-d’œuvre. C’est dans ce contexte que le Service de la formation continue a répondu à l’appel de projets du programme NovaScience - volet 2 (Soutien aux initiatives de formation en intelligence artificielle) en proposant Parcours pédagogique en intelligence artificielle. Une aide financière de 222 751 $ a été accordée par le ministère de l’Économie et de l’Innovation pour la réalisation des diverses activités qui se poursuivront jusqu’en janvier 2022. Près de 450 enseignants et élèves seront touchés au cours des diverses étapes de réalisation du projet.« Au cours des prochaines années, l’intelligence artificielle aura des répercussions majeures sur nos vies et sur une multitude de secteurs d’activité. En soutenant le projet Parcours pédagogique en intelligence artificielle, notre gouvernement veut encourager la relève québécoise à en apprendre davantage à propos de ce domaine et des possibilités de carrières stimulantes qui lui sont associées. Ce sont des initiatives enrichissantes comme celle-ci qui formeront nos scientifiques de demain! »Pierre Fitzgibbon, ministre de l’Économie et de l’Innovation Le Service de la formation continue en bref Reconnu pour sa capacité à décoder les tendances, le Service de la formation continue duCégep de Saint-Hyacinthe s’adapte aux besoins des travailleurs, des chercheurs d’emploi et des entreprises en élaborant des formations pertinentes. Il met également en œuvre des initiatives qui visent à préparer, dès le secondaire, la relève en fonction des besoins émergents du marché du travail et en particulier, des entreprises et des organisations de notre région. Le Service de la formation continue du Cégep de Saint-Hyacinthe propose des programmes de formation et de perfectionnement à temps plein et à temps partiel ainsi que des cours à la carte, des ateliers et des conférences. Cette offre a été développée afin de répondre expressément aux attentes des adultes et aux exigences du marché du travail. Sa mission est de contribuer au développement des connaissances et des compétences tout au long de la vie.Le Service de la formation continue regroupe la Formation continue; le Bureau de la reconnaissance des acquis; SYNOR, Centre de formation et de services-conseils aux entreprises; le Service d’alternance travail-études et de placement; l’Académie d’excellence entrepreneuriale et le Service de diagnostic des compétences.

15 octobre 2020

LA VILLE ENTREPREND DES TRAVAUX POUR L'AMÉLIORATION DE L'ÉCLAIRAGE DANS TROIS PARCS MUNICIPAUX Un éclairage modernisé pour les utilisateurs d’installations sportives et de loisirs!

LA VILLE ENTREPREND DES TRAVAUX POUR L'AMÉLIORATION DE L'ÉCLAIRAGE DANS TROIS PARCS MUNICIPAUX Un éclairage modernisé pour les utilisateurs d’installations sportives et de loisirs!

La Ville de Saint-Basile-le-Grand procédera à compter de la mi-octobre à des travaux afin d’améliorer l’éclairage des terrains sportifs des parcs du Ruisseau et des Trinitaires, ainsi que celui du sentier pédestre au parc de Montpellier. Ce nouvel investissement municipal permettra d’offrir aux usagers de ces installations de loisir un éclairage plus uniforme, économique, respectueux de l’environnement et à la fine pointe de la technologie.Éclairage des terrains sportifsLes travaux de remplacement des projecteurs éclairant le terrain de soccer au parc du Ruisseau et leterrain de baseball au parc des Trinitaires visent à rendre l’éclairage conforme aux normes actuelles,notamment par l’installation de nouveaux luminaires aux diodes électroluminescentes (DEL), beaucoupmoins énergivores et ayant une durée de vie bien plus longue que celle des ampoules utiliséesactuellement. Alors qu’au parc des Trinitaires, les nouveaux luminaires seront installés sur les fûtsexistants, ceux du parc du Ruisseau seront installés sur de nouvelles tours d’éclairage, elles-mêmesinstallées sur de nouvelles bases de béton.Le projet se fera en deux phases, soit les travaux d’infrastructures débutant en octobre et ensuitel’installation des fûts et des projecteurs, au printemps prochain.L’ensemble des travaux a été confié au Groupe SGM inc. au terme d’un processus d’appel d’offres public,pour un montant de 460 305, 86 $ (taxes incluses).Éclairage du sentier du parc de MontpellierÀ l’écoute des citoyens qui ont exprimé leurs craintes concernant l'obscurité du sentier du parc deMontpellier, le conseil municipal a pris la décision d’ajouter un système d’éclairage le long du sentier,entre l’avenue de Montpellier et la rue de Touraine et également sur la section qui rejoint la rue duLimousin. Les travaux débuteront à la fin du mois d’octobre et se termineront à la fin du mois denovembre avec l’installation des luminaires.Le contrat pour l’exécution de ces travaux a été octroyé à Senterre Entrepreneur Général inc. après unappel d’offres public, pour un montant de 171 804,27 $ (taxes incluses).Bien que les travaux ne doivent causer que des entraves mineures, il importe de toujours faire preuve deprudence aux abords des chantiers.En terminant, rappelons que ces projets s’inscrivent dans un plan global de la Ville de Saint-Basile-le-Grand visant à maintenir les infrastructures et d’en assurer la pérennité. En 2020, la Ville a prévu desinvestissements de plus de 12 M$ en travaux palliatifs, de réfection d’infrastructures sanitaires etpluviales, de réfection de parcs et de pavage. Les détails des travaux prévus et projetés ainsi qu’une carte du territoire montrant leur emplacement sont présentés sur le site Web municipal au villesblg.ca/travaux.

06 octobre 2020

COLLECTES DE FEUILLES ET DE BRANCHES Les collectes à domicile sont maintenues cet automne

COLLECTES DE FEUILLES ET DE BRANCHES Les collectes à domicile sont maintenues cet automne

La Ville de Saint-Basile-le-Grand rappelle à ses résidants que lescollectes automnales de feuilles et de branches à domicile auront lieu comme prévu les mercredis 21 et 28 octobre, les 4, 11, 18 et 25 novembre ainsi que le 2 décembre.Puisque l’arrêté ministériel qui réglemente les lieux infestés par l’agrile du frêne a été étendu à une zone encore plus vaste, la Ville accepte maintenant des branches de toutes essences d’arbres lors de cette collecte.Des consignes à respecterLes citoyens doivent déposer les matières en bordure de la propriété dans un contenant admissible avant 7 h le jour de la collecte. Les seules matières acceptées sont les feuilles d’arbres ainsi que les branches d’un diamètre inférieur à 2,5 cm (1 po) et dont la longueur n’excède pas 1,2 m (4 pi), attachées en ballots de 30 cm (2 pi) de diamètre, au maximum.Les contenants admissibles sont les sacs de papier brun, les sacs de plastique transparent ou orange ainsi que les contenants en métal ou en plastique munis de poignées (le contenu ne doit pas excéder la hauteur du contenant).Notez que les feuilles et les branches déposées dans tout autre contenant, de même que les résidus de jardinage (incluant les rognures de gazon) ne seront pas ramassés.Qu’arrive-t-il avec les matières après la collecte?Les feuilles et les branches sont déchiquetées puis valorisées sous forme de compost, à son tour destiné à enrichir le sol des terres agricoles, le tout selon les prescriptions du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.Le feuillicyclage : une technique facile, économique et écologiqueLa Municipalité encourage la population à pratiquer le « feuillicyclage », c’est-à-dire de laisser les feuilles mortes déchiquetées par la tondeuse au sol comme engrais naturel. Cette pratique, tout comme l’herbicyclage, fertilise naturellement votre pelouse et en augmente la résistance aux maladies. Vous pouvez également vous servir des feuilles mortes pour protéger vos plates-bandes durant la saison hivernale. Pour en savoir plusLes citoyens trouveront toute l’information à propos des collectes et dépôts des matières résiduelles au villesblg.ca/tri. Les situations particulières peuvent être portées à l’attention du Service des travaux publics par courriel à tp@villesblg.ca ou par téléphone au 450 461-8000, poste 8300.

29 octobre 2020

Séance ordinaire du conseil municipal du 2 novembre Rencontre tenue à huis clos et diffusée en différé en raison de la COVID-19

Séance ordinaire du conseil municipal du 2 novembre Rencontre tenue à huis clos et diffusée en différé en raison de la COVID-19

La Ville de Saint-Basile-le-Grand tient à informer ses citoyens que la séance ordinaire du conseil municipal du 2 novembre prochain se tiendra de nouveau à huis clos, conformément aux directives données par le Gouvernement pour les régions en zone rouge. Dans cette perspective, les membres du conseil participeront à cette rencontre par visioconférence dans le but de respecter les mesures sanitaires mises en place et afin d'éviter au maximum les contacts entre les individus. NE MANQUEZ PAS LA PROCHAINE DIFFUSION La séance ordinaire se déroulera donc le 2 novembre en après-midi et sera par la suite diffusée en différé sur la chaîne YouTube de la Ville, le jour même, dès 19 h 30. Toutefois, en raison de certaines contraintes techniques, la vidéo pourrait être déposée avec un léger retard sur la plateforme. Vous pourrez accéder à l’enregistrement en vous rendant au villesblg.ca/seances. FAITES-NOUS PARVENIR VOS QUESTIONS, LA PAROLE EST À VOUS! Première période de questions : questions relatives à la vie municipale Toute personne ayant des questions relatives à la vie municipale et désirant les poser dans le cadre de la séance ordinaire est invitée à les soumettre au Service du greffe en remplissant le formulaire en ligne disponible au villesblg.ca/seances avant le vendredi 30 octobre, 12 h. Les questions seront transmises au conseil municipal et les membres y répondront au début de la séance. Si un très grand nombre de questions est reçu, il est possible que des réponses soient données seulement lors d’une séance subséquente. Les questions relatives à la pandémie de COVID-19 ne seront pas énoncées lors de cette période. Un suivi particulier sera fait par l’administration municipale auprès des citoyens afin de répondre à leurs interrogations. Par ailleurs, la Municipalité vous rappelle de consulter régulièrement le villesblg.ca/covid-19 où les mesures et directives mises en place par la Ville sont présentées ainsi que toute l’information à jour sur l’évolution de la pandémie. Deuxième période de questions : questions relatives au contenu de la séance Aussi, les citoyens qui auront des questions portant sur le contenu de la séance, après l’avoir visionnée, pourront les faire parvenir via le formulaire en ligne conçu à cet effet. Les membres du conseil municipal s’assureront d’y répondre au début d’une séance subséquente. Projets d’ordre du jour et procès-verbaux Rappelons que les projets d’ordre du jour sont disponibles au villesblg.ca/seances le vendredi précédant chacune des séances ordinaires. Les procès-verbaux, avant d’être rendus publics, doivent être adoptés par le conseil municipal lors de la séance ordinaire subséquente; par la suite, ils peuvent être consultés en ligne au villesblg.ca/seances.

29 octobre 2020

Le CRE Montérégie reçoit le prix Leaders en mobilité durable - Coup de coeur du public 2020 pour son projet Embarque! Montérégie

 Le CRE Montérégie reçoit le prix Leaders en mobilité durable - Coup de coeur du public 2020 pour son projet Embarque! Montérégie

Le Conseil régional de l'environnement de la Montérégie (CRE Montérégie) est très heureux et fier d'avoir reçu le prix Leaders en mobilité durable - Coup de Coeur du public 2020 pour le projet Embarque! Montérégie. Le vote du public démontre la pertinence du projet et nous encourage à poursuivre le déploiement du projet à travers la région. Merci à toutes les personnes qui ont voté pour notre projet ! Le CRE Montérégie souhaite également remercier les différents partenaires qui soutiennent le projet : le Gouvernement du Québec au travers du Fonds vert, Hydro-Québec, le Regroupement des conseils régionaux de l'environnement du Québec (RNCREQ) et les municipalités participantes parmi lesquelles : Acton Vale, Beloeil, Chambly, Coteau-du-Lac, Saint-Antoine-sur-Richelieu, Saint-Charles-sur-Richelieu et Saint-Mathias-sur-Richelieu. D'autres municipalités viendront prochainement rejoindre le réseau de municipalités partenaires. Le projet Embarque! MontérégieAvec le projet Embarque ! Montérégie, le CRE Montérégie souhaite encourager l’utilisation de modes de transport durable à travers la région. Pour se faire, deux axes sont priorisés : répertorier les modes de transport durable offerts en Montérégie sur une même plateforme et créer un réseau régional de stationnements réservés au covoiturage. Une carte interactive accessible sur embarquemonteregie.ca permet de découvrir une multitude d’options liées au transport durable, telles que : transports en commun, pistes cyclables, stationnements incitatifs pour le covoiturage, bornes électriques et autres. Cet outil permet également la recherche de partenaires de covoiturage en consultant simultanément les offres disponibles sur différentes plateformes connues. Le CRE Montérégie collabore avec les acteurs de la région afin d’identifier des espaces de stationnement pouvant être réservés pour le covoiturage et créer ainsi un réseau à travers la Montérégie. Bien identifiées à cet usage, ils sont situées dans des endroits sécuritaires, à proximité des grandes artères. Vous pouvez retrouver leurs emplacements sur embarquemonteregie.ca. Ces infrastructures viennent renforcer l’offre d’intermodalité des transports et faciliter le changement de comportement des citoyens.

22 octobre 2020

Projet de loi sur les véhicules hors route Le gouvernement modernise la pratique du véhicule hors route au Québec

Projet de loi sur les véhicules hors route Le gouvernement modernise la pratique du véhicule hors route au Québec

Le ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’Estrie, M. François Bonnardel, a déposé le 22 octobre dernier, à l’Assemblée nationale un important projet de loi proposant une réforme de l’encadrement des véhicules hors route (VHR) au Québec.Le gouvernement pose ainsi un geste concret pour améliorer la sécurité des usagers qui circulentdans les sentiers et doter le Québec d’un cadre législatif qui correspond mieux aux besoins actuels. Cette réforme s’articule autour de trois axes principaux. Le premier vise spécifiquementl’amélioration de la sécurité. La mesure phare est l’exigence de détenir un permis de conduirepour circuler dans un sentier. De plus, de nouvelles mesures sont prévues pour encadrer la formation des guides d’excursion et la location des VHR. Le projet de loi vise également à favoriser une cohabitation harmonieuse entre les utilisateurs deVHR et les autres usagers du territoire. De nouvelles normes de conduite, un devoir de prudenceet des règles de voisinage sont proposés. Le but est d’assurer la pérennité de la pratiquerécréative en tenant compte du respect des milieux naturels et de l’acceptabilité sociale. Enfin, la pratique du VHR sera mieux encadrée, notamment par la bonification des pouvoirsconfiés aux agents de surveillance de sentiers, dans le but de favoriser l’adoption de comportements sécuritaires par les utilisateurs de VHR. Citation« La pratique du VHR est un important moteur de développement économique et touristique pournos régions et un loisir apprécié par de nombreux Québécois et Québécoises. Malheureusement,depuis plus de 10 ans, on compte chaque année environ une vingtaine de décès et de blessés graves liés à ce loisir. Notre gouvernement agit en resserrant les règles afin de garantir un environnement plus sécuritaire pour les adeptes de VHR, mais aussi pour tous les usagers qui empruntent les sentiers. Ce sont tous les Québécois et les Québécoises qui seront gagnants à la suite de cette réforme de la pratique du VHR. »François Bonnardel, ministre des Transports et ministre responsable de la région de l’EstrieFaits saillantsLes principales mesures prévues au projet de loi sont les suivantes :• Les conducteurs de VHR qui circuleront dans les sentiers autorisés, aménagés etexploités par les clubs d’utilisateurs, sur les terres publiques ou sur les terres privéesd’une municipalité devront détenir un permis de conduire valide. Ce permis peut êtrenotamment un permis probatoire.• Les mesures liées aux capacités de conduite affaiblies par l’alcool ou la drogue serontdorénavant applicables en sentier et tout autre lieu de circulation hors route. Ainsi, latolérance zéro liée à l’âge de conduite ou à la catégorie de permis seront applicables.• Les voisins de sentiers légalement aménagés seront tenus d’accepter la circulation desvéhicules qui s’effectue dans le respect des normes législatives et réglementairesapplicables.• Les guides d’excursion de VHR devront avoir suivi et terminé avec succès une formationreconnue par la ministre du Tourisme pour guider des tiers.• Le Fonds des réseaux de transport terrestre (FORT) sera bonifié par l’affectation denouvelles sommes destinées à la réalisation d’activités liées aux VHR.• Les amendes seront revues afin de dissuader la pratique imprudente du VHR.Liens connexesRenseignements sur les véhicules hors route sur le site Web du ministère des TransportsSuivez-nous sur Twitter et sur Facebook.

22 octobre 2020

PORTES OUVERTES VIRTUELLES

PORTES OUVERTES VIRTUELLES

L’activité « Portes ouvertes » est une tradition bien ancrée auCégep de Saint-Hyacinthe. Toutefois, la situation particulière que nous vivons tous actuellement nous a amenés à revoir la formule, puisqu’il sera impossible de tenir l’événement en présentiel, que ce soit celui d’octobre 2020 ou de janvier 2021. Afin de permettre à notre future clientèle d’avoir accès à tout ce que le Cégep de Saint-Hyacinthe peut lui offrir, une section de notre site Internet sera dédiée à notre événement « Portes ouvertes virtuelles ». Programmes techniques et préuniversitaires, services offerts, vie étudiante et lieuxcommuns sont notamment prévus dans cette section qui sera accessible en ligne à compter du 2 novembre 2020. De plus, il sera possible pour les personnes désirant poser des questions à un enseignant d’un programme précis, à un aide pédagogique individuel ainsi qu’à des ressources de la vie étudiante ou de l’aide à la réussite, de le faire en s’inscrivant, du 2 au 13 novembre 2020, à nos rendez-vous virtuels. Le module d’inscription sera disponible dans la section « Portes ouvertes virtuelles » de notre site Internet. C'est donc un rendez-vous au cegepsth.qc.ca/portesouvertes. Pour information : info@cegepsth.qc.ca. Vous y découvrirez un cégep accueillant, accessible et où l’on s’accomplit! Le Cégep de Saint-HyacintheLe Cégep de Saint-Hyacinthe est un collège public dynamique et novateur qui se démarque dans plusieurs pôles d'excellence, dont les techniques biologiques et agroalimentaires, les techniques humaines, les techniques de l’administration et les arts. La qualité de son enseignement, sa contribution au développement de la collectivité, son engagement actif sur la scène nationale et internationale, et la qualité de ses services contribuent à bâtir sa renommée. Il propose actuellement 23 programmes d’études, dont 5 programmes d’études préuniversitaires offerts dans 8 profils, et18 programmes d’études techniques, dont 12 sont offerts en alternance travail-études.

21 octobre 2020

LE CSSP INVITE SES ÉLÈVES À PARTICIPER AU SALON VIRTUEL DE L’ÉTUDIANT Offres de formation, découverte de nombreux métiers et services en orientation sous un même toit

LE CSSP INVITE SES ÉLÈVES À PARTICIPER AU SALON VIRTUEL DE L’ÉTUDIANT  Offres de formation, découverte de nombreux métiers et services en orientation sous un même toit

C’est avec plaisir que le Centre de services scolaire des Patriotes (CSSP) invite les élèves du secondaire de l’ensemble de son territoire et leurs parents à participer au Salon virtuel de l’étudiant, présenté par l’Événement Carrières, qui se tiendra du 29 octobre au 6 novembre prochains. Exceptionnellement, en raison du contexte actuel de pandémie, l’Explo-carrières du CSSP, qui se tient habituellement chaque automne pour permettre aux élèves de découvrir différents établissements d’ordre collégial, universitaire, de la formation professionnelle ainsi que plusieurs organismes publics et communautaires, n’aura pas lieu cette année. « Nous avons à cœur d’accompagner nos élèves dans toutes les transitions de leur parcours scolaire, incluant le passage vers la vie adulte. Mes collègues et moi sommes à même de constater, en tant que conseillers et conseillères d’orientation en milieu scolaire, que les élèves sont moins préoccupés par leur avenir puisque le quotidien actuel est rempli d’incertitude. Il est donc important de redoubler d’efforts auprès de nos jeunes afin de les intéresser à planifier la suite de leur parcours et ainsi les garder motivés » affirme Annick Marcil, conseillère pédagogique au CSSP. « Dans le contexte de pandémie que nous vivons, le Salon virtuel de l’étudiant est un incontournable pour nos élèves pour leur permettre d’aller à la rencontre des représentants de divers établissements, de recueillir de l’information et d’explorer les différents choix de carrière qui s’offrent à eux. Les élèves peuvent compter sur notre appui pour les accompagner dans ce processus » ajoute madame Marcil.EXPÉRIENCE VIRTUELLE OUVERTE 24/24 ET 7/7Le Salon virtuel de l’étudiant a pour but de faire découvrir aux jeunes différents établissements d’ordre collégial, universitaire, de la formation professionnelle ainsi que plusieurs organismes publics et communautaires. Du 29 octobre au 6 novembre prochains, les élèves auront accès gratuitement, dans le confort de leur foyer, à de nombreux kiosques qui seront sur place pour leur permettre d’obtenir des réponses à plusieurs de leurs questions, de découvrir de nombreux métiers et de récolter des conseils en orientation, et ce, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Ils pourront également assister à une multitude de conférences en direct ou en différé sur diverses thématiques. De plus, les exposants seront disponibles les 29 et 30 octobre, de 10 h à 18 h, pour clavarder avec les étudiants. La liste des 75 exposants qui seront présents est disponible sur le site Web du Salon. Les élèves peuvent dès maintenant s’inscrire sur le site du salon. Pour plus de détails, visitez le site de l'événement.PRÉSENCE DU CENTRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE DES PATRIOTES AU SALON VIRTUELLe Centre de formation professionnelle des Patriotes (CFPP) est fier de participer à cet événement virtuel lui permettant d’aller à la rencontre des élèves pour leur présenter ses programmes de formation. Les élèves intéressés à en apprendre davantage sur les programmes de formation professionnelle offerts sur leur territoire pourront accéder au kiosque du CFPP pour obtenir de la documentation et visionner des vidéos pour découvrir chacun des 14 programmes issus de secteurs d’activités variés, soit administration, commerce et informatique, bâtiment et travaux publics, bois et matériaux connexes, métallurgie et santé. Ce sera également une occasion de clavarder avec des enseignants du CFPP afin d’en apprendre davantage sur leur secteur d’activité respectif et de prendre rendez-vous pour obtenir davantage d’information ou même devenir étudiant d’un jour.   Le Centre de services scolaire des Patriotes assure des services éducatifs à la population de 21 municipalités situées en Montérégie en outillant et soutenant un réseau de 69 écoles et centres de formation accueillant 36 024 élèves. Situé à Sainte-Julie, le CFPP offre des formations qui permettent d'accéder au marché du travail rapidement et de participer activement à la relance économique de demain. Tous ces programmes mènent à l’obtention d’un diplôme d’études professionnelles (DEP) ou à une attestation de spécialisation en formation professionnelle (ASP) et sont reconnus par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur (MEES).

16 octobre 2020

Conférence virtuelle gratuite LE CANNABIS, PARLONS-EN !

Conférence virtuelle gratuite LE CANNABIS, PARLONS-EN !

La Municipalité de Saint-Mathieu-de-Beloeil en collaboration avec l’organisme de prévention des dépendances l’Arc-en-ciel, convie sa population et celle de la région à la conférence virtuelle Le cannabis, parlons-en ! qui se tiendra le mercredi 18 novembre 2020 à 19 h par visioconférence.Vous êtes préoccupé par la légalisation du cannabis, sa consommation et ses effets ? Cetteconférence gratuite est pour vous ! Plusieurs sujets y seront abordés tels que :• Le THC et le CBD, c’est quoi ça ?• Le portrait et les modes de consommation• Les jeunes, la consommation et les risques• Simulez une discussion sur le cannabis• Et bien plus encore !Pour participer, rendez-vous sur le site Web de la Municipalité de Saint-Mathieu-de-Beloeil pourremplir le formulaire d’inscription. Quelques jours avant l’évènement, les participants recevrontle lien et les instructions pour accéder à la conférence.

08 octobre 2020

Journée carrière virtuelle de l’ITA : une invitation aux entreprises du secteur agroalimentaire à la recherche de personnel qualifié

Journée carrière virtuelle de l’ITA :  une invitation aux entreprises du secteur agroalimentaire à la recherche de personnel qualifié

L’Institut de technologie agroalimentaire (ITA) tiendra sa journée carrière dans une formule virtuelle pour la toute première fois le mardi 17 novembre, de 13 h à 17 h. Les entreprises du secteur agroalimentaire sont invitées à réserver leur place afin de présenter leurs offres d’emploi et de stage et de rencontrer les étudiants actuels ainsi que les diplômés de la cohorte de 2019 issus des deux campus de l’établissement (La Pocatière et Saint-Hyacinthe). L’activité se tiendra sur la plateforme Umanize, développée par l’entreprise québécoise Groupe BonSpot inc. Ainsi, les étudiants et les finissants pourront naviguer dans un salon virtuel où les entreprises tiendront des kiosques et seront prêtes à recevoir leur curriculum vitæ. L’expérience se voudra interactive, puisque les représentants des entreprises pourront clavarder avec les candidats potentiels et procéder à des rencontres vidéo. De même, la plateforme orientera les participants en stimulant des rencontres grâce à un maillage intelligent entre les entreprises et les candidats présents. « La journée carrière est une activité d’information et de réseautage qui permet aux étudiantes et aux étudiants de l’Institut de mieux connaître les entreprises et les organisations du milieu agroalimentaire dans lesquelles ils seront appelés à travailler. Pour ce qui est des employeurs, il s’agit d’une excellente occasion d’entrer en contact avec du personnel potentiel qualifié », explique M. Nicolas Durand, directeur de la Direction adjointe des affaires étudiantes à l’ITA. Les entreprises qui désirent proposer des emplois ou des stages à la journée carrière ont jusqu’au 16 octobre pour s’inscrire et jusqu’au 23 octobre pour procéder au montage de leur kiosque virtuel. Le coût de l’activité est de 200 dollars. Pour réserver leur place, les entreprises doivent remplir le formulaire suivant : https://forms.office.com/Pages/ResponsePage.aspx?id=BkDgaz_bAUelawWUUUdyY8F7Psn5CMFJts5g7Q_isgFUNkFBNzA4OFBIMDFIOEkzVlNKNVFKOTYyNC4u. Le babillard de stages du Service de placement de l’ITA sera disponible sur la plateforme de la journée carrière. Ainsi, les entreprises qui ne participeront pas à l’événement pourront malgré tout afficher gratuitement leurs offres de stage. Pour obtenir de l’information, il est possible de joindre le Service de placement de l’ITA à placement@ita.qc.ca. Rappelons que l’ITA est un établissement d’enseignement collégial qui offre sept programmes de formation technique liés aux activités agricoles, horticoles, agroenvironnementales, équines et alimentaires, ainsi qu’un service de formation continue dans ces secteurs d’activité. Pour plus d’information sur l’ITA, rendez-vous au www.ita.qc.ca. Légende des photos : L’ITA tiendra sa première journée carrière virtuelle le 17 novembre prochain. Les entreprises ont jusqu’au 16 octobre pour s’inscrire afin de présenter leurs offres d’emploi et de stage.

06 octobre 2020

Conservation de la nature Canada encourage la population à laisser les feuilles mortes au sol Mettez votre paresse au service de la nature

Conservation de la nature Canada encourage la population à laisser les feuilles mortes au sol Mettez votre paresse au service de la nature

Le changement de couleur des feuilles des arbres est l’un des plusbeaux spectacles que nous offre l’automne. L’envers de la médaille est qu’une fois tombées, il y a beaucoup de feuilles à ramasser. Si vous faites partie des personnes qui aimeraient bien éviter cette corvée éreintante, Conservation de la nature Canada (CNC) a un conseil écolo pour vous :laissez votre râteau dans la remise et les feuilles au sol! Si l’on vous accuse de paresse, dites simplement que vous donnez un coup de pouce à la nature et à sa conservation! Selon CNC, un organisme à but non lucratif voué à la conservation des milieux naturels, ne pas ramasser les feuilles est un petit geste de conservation qui peut favoriser la biodiversité sur votre terrain de bien des manières. Alors que les oiseaux et papillons migrateurs s’envolent vers le sud, de nombreux insectes, dont des pollinisateurs, ainsi que d’autres espèces sauvages, s’installent dans votre cour pour l’hiver et ne refuseraient certainement pas un petit coup de pouce de votre part.Selon Dan Kraus, biologiste principal en conservation à CNC, un tapis de feuilles mortes peut fournir un habitat important à de nombreuses espèces qui pourront s’y réfugier pour l’hiver. « Les animaux que l’on trouve dans nos arrière-cours, comme les crapauds, les grenouilles et de nombreux pollinisateurs, vivaient autrefois dans des forêts et ont évolué pour hiberner sous les feuilles mortes, explique M. Kraus. Ces feuilles constituent une couche isolante qui les protège des grands froids et des fluctuations de la température durant les mois d’hiver. »Un autre aspect avantageux de cette pratique est qu’elle permet d’améliorer le sol. M. Kraus souligne qu’en se décomposant, les feuilles se transforment en un paillis naturel qui enrichit le sol. D’épais tas de feuilles peuvent étouffer la pelouse et les plantes se trouvant en dessous, mais une mince couche de feuilles peut être bénéfique pour la santé de votre pelouse et de votre jardin.En se décomposant, une partie du carbone contenu dans les feuilles est emmagasinée dans le sol, faisant de votre cour un puits de carbone. « Même si c’est une excellente chose que des Villes font la collecte des feuilles pour les composter, la manière la plus écoénergétique de procéder est de permettre à la nature de suivre son cours en laissant les feuilles mortes à même le sol », explique M. Kraus.Et il n’y a pas que les feuilles qui aident les espèces de votre arrière-cour à traverser la froide saison. « Les tiges de plantes et les branches mortes fournissent elles aussi un habitat essentiel  à l’hibernation de nombreux insectes, poursuit M. Kraus. En retirant tout cela de nos jardins, nousprivons des espèces indigènes de précieux habitats dont elles ont besoin pour survivre à l’hiver. »« Les oiseaux, qu’ils soient migrateurs ou non, peuvent aussi profiter de votre jardin en hiver. En effet, les fruits et les graines qui restent sur les fleurs et les buissons représentent une source d’alimentation d’une grande importance qui permet à de nombreux oiseaux chanteurs, comme les chardonnerets, les geais et les mésanges, de traverser l’hiver. Fournir des habitats d’hiveraux oiseaux et insectes indigènes est tout aussi important que de leur fournir nourriture et abri pendant le printemps et l’été. »Puisqu’environ 80 % de la population canadienne habite dans des villes ou en région urbaine, la biodiversité dans les arrière-cours devient de plus en plus importante. « L’une des meilleures façons d’améliorer la santé de la nature dans les milieux urbains est d’agir collectivement dans nos arrière-cours », dit M. Kraus.«Aider la nature près de chez soi et en apprendre plus à son sujet peut aussi contribuer à renforcer notre connexion au monde naturel. Un nombre grandissant d’études démontrent que le contact avec le monde naturel est essentiel à la santé et au bien-être », affirme Claude Drolet,chargé de projets à l'intendance des terres à Conservation de la nature Canada au Québec. « En tant que Canadiennes et Canadiens, nous bénéficions de certains des derniers bastions de nature sauvage de la planète, mais pour nombre d’entre nous et nos enfants, établir une relationavec la nature commence à la maison. »À proposChef de file en conservation de terres privées au Canada et organisme sans but lucratif, Conservation de la nature Canada (CNC) œuvre à la protection de nos milieux naturels les plus précieux et des espèces qu’ils abritent. Depuis 1962, CNC et ses partenaires ont contribué à la protection de 48 000 hectares au Québec, soit une superficie équivalente à l’île de Montréal. Pouren savoir plus : conservationdelanature.ca

Contact

  • Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Tous droits reservés © 2014 La télévision de la Vallée-du-Richelieu
Propulsé par 7Dfx